Thought Question 390 : Do you think your parents brought you up right ?

I put that blog in my RSS and lately I have been neglecting my RSS reader. I have been tired (I almost slept 12 hours friday night and staurday night) and I have been preoccupied with…The Good Wife. So this morning, I decided to use one of the questions to prompt a bit of writing.

No. I don’t think my parents brought me up right. But yes they did.

It depends on what I look at. Of course, this is going to look like I blame them for everything. I do. But then I didn’t stop there, I changed things. Isn’t what growing up is all about ? Moving on, forging ahead, creating the life one wants ?

Nobody’s life is perfect, right? Mine certainly wasn’t and my parents gave me what they had which isn’t that much if I look at it carefully. Slaps behind the head, control issues, alcoholism, muteness about what’s important. It all affected me and it all gave me the message that it’s better to slap someone when that person doesn’t live up to your expectations or if that person defies you…or shut up and drink if you are so mad and you can’t talk. Violence is a lack of words. My family is really super good at talking about nothing. It’s boring. I think that the only real talk we had, my mom and I, was about sex.

I had to wait to go in therapy to talk about what really bothered me, about all that was stuck inside me and I couldn’t get out. When reality is too difficult for me, and all I have learned is to act like everything is fine…it is really stretching the fabric of reality and stretching the mind and memory…I have to make everything fit so I forget things. Exactly like my mom.

So my life up to a few years back was about forgetting, shutting up and being mad. As a child it was also about being so mad and having no control and getting into fights.

However, my mom loved me. Badly but she still did. I can’t say the same about my biodad. Loving me brought me up better. Kind of.

My mom is curious and I am the same way. She loves to read and so do I. Everything I lacked I took from my books. Books brought me up better and friends also helped.

My mom showed me that people do change sometimes. Not always in the way I would like but they do change. For example, my mom is never going to stop drinking. But she became a bit more honest about herself. And I put clear boundaries that she tries not to cross.She showed me it is good to celebrate, she loves to party. I prefer celebrating every birthday as the conquest of another year. She loves food and every meal was a battle because I didn’t like food but now that I’m grown up, I love food. Superficial stuff.

My parents didn’t bring me up quite right but they sure showed me how not to be.

Publicités

Lundi positif

Je trouve la chanson tellement belle, positive ! J’ai le goût de pleurer chaque fois que je le regarde. J’ai aussi le goût de sauter et crier !

  1. Je ne sais pas si je vais dire oui, mais un café près de chez moi m’a demandé de leur faire des biscuits pour les vendre.
  2. Mon chum m’a tellement gâtée pour la Saint-Valentin ! Il a fait du ménage, m’a acheté des fleurs, va m’amener au resto ce soir…
  3. Des draps propres. Je ne sais pas pourquoi, mais il y a un feeling d’être au sec en sécurité. (je me relis et là, ça me donne l’impression que je parle de porter des couches!)
  4. Prendre un bain avec du sel et des huiles essentielles.
  5. I’m a firework.
  6. J’ai vu mon amie samedi soir et on a eu une conversation personnelle étonnante, sans jugements. Il y a enfin quelqu’un dans ma vie qui me comprend sans me juger, qui a vécu des choses semblables aux miennes. Une conversation qui nous a soulagées.
  7. Je suis étonnée d’avoir passé à travers des épreuves très difficiles…je ne suis plus une victime ! Quand je regarde ce que j’ai vécu, je me demande c’est qui cette fille-là ? Je me rends compte, que je suis rendue ailleurs et que j’ai plus de contrôle sur ma vie qu’avant.
  8. La compréhension que la violence c’est un manque de vocabulaire. Si tu cries après le monde, fait du chantage émotif, fait des menaces, donne des coups, joue à la victime comme au bourreau, c’est que tu manques de vocabulaire pour communiquer et t’exprimer en adulte responsable.
  9. La compréhension que les choses sont parfois, souvent, hors de notre contrôle. On ne peut pas tout contrôler. On ne peut pas contrôler les gens non plus. Des fois, il faut savoir laisser aller…dire ce qu’on ressent et laisser la personne faire son chemin à sa façon peu importe le temps que ça prends.
  10. Pouvoir prendre congé. Quel luxe !

De A à C, passez par-dessus B

28 novembre 2007

so I went to my meeting this morning. I had a meeting with a nice woman from an organization that helps victims of crimes and I thought I was taking way too much of her time, it lasted two hours. I took the day off to go there and have the day to myself so I could go through my emotions alone if I needed to. But we didn’t really go into details…yeah even in two hours. I got phone numbers, documents, references for places to go to and meet people about this. It’s good, I wanted that.

I guess that’s why I need help. I just circle the subject, don’t really say the words, hint at things, I have trouble really talking about what I lived through. There is just sooo much ! I just can’t get it out and I’m alone with it so I do what I always do when I’m really stressed. I forget. It’s unconscious but my body just finds a way for me to forget or skip over stuff, block out emotions. I can’t talk about it with anyone around me so I have to find ways to cope by myself. Therapy is useful but I’m there once a week and sometimes I should be there every day !

You see, I talked about one of the firsts sexual attacks I had and since then I ate at restaurants more than three times a week, started eating chocolate again, slept more than ten hours once and feel like sleeping more every morning. That’s the way my body and mind works when all my post-trauma wakes up. I eat and sleep. Yoga is good for relaxing but it doesn’t help me spend my energy so I’ll have to go to toning again so I can just grunt the pain away.

I also bought a bra today. Impulse buying. Very big when stressed out. But I really needed a new bra. I keep pushing this aside because shopping for underwear is like going to the dentist. I hate it. So I finally bought a new bra and the lady says I’m a C cup. I can’t beee !!!! Last time I was a C was when I weighed 160. So I have to check what I eat and drink and exercise cause there is no way I’m going back up to 160. NO f*** WAY. (Au moment où je vous copie ça de mon ancien blog, j’ai dépassé le 160 parce que je vais au gym plusieurs fois par semaine alors je suis moins ronde qu’avant). No wonder that guy said I had a nice rack last time…I still thought I was an A. I also wear 38 instead of 34 and 36. Am I blowing up or something ? is it all that unspent sexual energy that goes to my boobs to attract males and populate the planet ? Am I going to look like a pidgeon soon ? I should test if I can put a glass between my breasts or a plate on them as if it was a shelf.

You’re wondering why I’m freaking out at having bigger boobs. AH. Have you tried girl’s clothes lately ? It’s like trying on kiddy clothes. Everything is made for twigs. You can’t have a butt, breasts, round arms or thighs. You can’t be a woman. You have to be anorexic or twelve to fit in what is in stores. OH GOOOD will I have to go shopping in Plus sizes now that my boobs are ten times the size I thought they were ?!

Pfft. It’s good to have some drama in non-existential places of my life. It gets things in perspective. Let’s forget about death threats, police arrests, rapes, harassment, my supposed future and my budget and let’s focus on my weight and boobs size !

I don’t have to complain. Last time I measured, in the last two weeks, I still was pretty okay. But phew…C cup.

Peur et confusion

10 décembre 2007

« She was conscious of a fear so large that it covered even the nausea. I have to get away from him, I have to call for help, she thought, but she was held in place by another thought – that this was no stranger she was trying to run away from, this was no dark man who had leapt at her from behind the bushes. This was her husband, the man she had married only three months ago, the one to whom she had pledged her future. … Sera now realized she had no defenses, no strategies to protect herself from Feroz, who was still breathing heavily and had a mad, out-of-control look on his face. »  The Space Between Us, by Thrity Umrigar, 2005.

This is how it feels like to be threatened, to be hit or humiliated by someone one trusts or someone one loves. It’s like a trap. One has the reflex to say something, to escape, to hit back. But then, the trap reveals itself. This is someone you love and is supposed to love you too. This is someone you know. We are raised not to hurt people we love…even if they hurt us. Or we are raised to only be aware of strangers. What if you defend yourself and cause harm ? What if you appear to be the bad person ?

There is doubt. Is it all really happening ? How can it be ? How can someone be so mean, so violent ?

The physical pain, the uncomfort is replaced by emotional pain and this pain takes all the space inside one’s mind and heart. Like a blanket, very heavy, it wraps the heart…shame, loneliness and despair soon invade everything. I must be what he says or else he wouldn’t get mad. I surely was a bad girl for him to do that…

It becomes worse when the victim says something and people don’t believe him or her or laugh it off. It is maddening. The trap of fear, doubt and confusion enlarges and engulfes the one that needs help. Distrust, anger, sadness…a feeling of betrayal even bigger than the feeling that was there takes every spark of joy away.

People don’t realize that others don’t tell their shameful secrets for fun. We don’t go to the police for fun. If someone talks about what they went through, listen. It takes guts, it takes everything one has to just be there and open one’s mouth. Don’t act as if nothing was said or done.

En attente

20 mai 2006

Veuillez rester en ligne…un préposé sera avec vous sous peu…votre appel est important pour nous…

Il paraît qu’il n’y a pas de hasards. Que chaque fois qu’une porte se ferme, une fenêtre s’ouvre. Paulo Coelho nous fait comprendre dans ses livres qu’il faut saisir les indices quand ils se présentent à nous, saisir les opportunités. Alors voilà. Je ne peux pas toujours repousser les gens. Je le fais mais il faut que j’arrête. Et si je prends l’opportunité de me laisser approcher ou d’approcher quelqu’un, bien, je devrais le faire de la bonne façon, hein. En maintenant mes limites et en respectant celles des autres.

Je viens d’arriver chez moi, il est 18h, j’ai passé la journée ailleurs. J’ai déjeuné à la Binerie avec le Troll, j’ai été à mon cours de yoga puis j’ai été à la bibliothèque et j’ai été lire et manger dans un restau. Je n’ai aucun message sur mon répondeur. Je ne suis pas surprise mais, je suis désenchantée. C’est ce qui arrive quand depuis près de deux ans, je m’isole et je rejette les peu de propositions de sorties de mes amis ou que j’essaie de modifier ma vie. C’est ce qui arrive quand tout le monde autour de moi change : nouveaux couples, emménagements, bébés…

Pour ma part, ma thérapie fait en sorte que j’ai encore plus le goût d’être seule. J’ai encore moins le goût de parler, je ne sais pas quoi dire ou comment le dire. Ou je ne veux pas en parler. Pas facile non plus quand tu ne peux en parler à personne. Pas de la thérapie, juste de…tout.

J’ai tellement de trucs dans ma tête, il me semble. Avant, je parlais tout le temps. Maintenant, il me semble que je n’ai plus rien à dire. Je suis vide. Est-ce que ça se peut ? En fait, le fait que ma vie n’a aucun sens, que je ne sache pas où je vais, que mon enfance fait de moi une adulte qui fait exprès de tout saboter pourrait expliquer au moins mon vide. Si tu savais la violence qu’il y a eu dans ma vie. Je n’ai jamais réussi à expliquer ça à personne sauf à mon ex, J-F. Pauvre lui, il a pété sa coche. J’ai encore plus appris à fermer ma gueule de peur…de faire peur. De peur d’être jugée, mal comprise, d’être encore plus abandonnée et rejetée. Puis, de le faire à mon tour, en réaction.

J’ai des nouvelles portes dans mon appartement. Bientôt, je vais avoir des nouvelles fenêtres. Je me sens plus en sécurité. J’ai moins peur la nuit. Mon histoire avec la police s’est soldée par un échec. La bataille était perdue d’avance. Il aurait fallu que j’ai des bleus, des os cassés, pour que la policière me prenne au sérieux. Mais, le fait d’y repenser en détail, de l’écrire, de me fâcher, de pleurer, d’en parler, enfin après tout ce temps m’a fait beaucoup de bien. Cette histoire me hantait encore avec mes chums suivants. Ça me rendait folle. Des fois, j’ai encore des visions. En fait, j’en ai de plus en plus. Il paraît que c’est parce que je recommence à habiter mon corps, à vivre mes émotions. Je trouve ça dur. Hyperventilation, palpitations, visions, panique, rêves. Plein de choses qui se superposent. Ça aide pas à aimer le sexe ou le sexe opposé.

Mes cours de yoga et d’aquaforme sont amusants et m’aident à relaxer. Et la semaine passée, j’ai fait un super ménage dans mon appart. J’ai pas fini, je veux réorganiser mes épices, nettoyer mes armoires. Depuis deux ans, je suis folle de ménage on dirait. Il y a des périodes où je nettoie comme une dingue. J’achète plein de gadgets au Dollarama et je frotte, ça libère l’esprit. Je donne des affaires que je ne veux plus avoir aussi, je vends mes livres, mes CD. J’ai vendu presque tous mes DVD. PAS mes DVD de Anne la Maiosn aux Pignons Verts, jamais ! Je les ai regardés plusieurs fois cette année. Je n’ai pas regardé la télé de novembre à avril. J’ai regardé des DVD. Je faisais une cure de télé après avoir été quatre mois avec Monsieur qui passait sa vie devant la télé. J’en pouvais pus.

Là, je suis avec le Troll et vraiment, j’essaie de le faire ralentir. En fait, c’est bizarre. Il travaille 50 heures par semaine, j’ai l’impression d’être en attente depuis qu’il est revenu de vacances. On a commencé ensemble, une semaine après il partait trois semaines, puis pas longtemps après sa cousine s’en venait pour trois mois. Elle est encore ici et elle reste chez lui. Elle travaille aussi à la boutique. Bravo l’intimité. Dès la première semaine, il voulait que ça soit exclusif…pas le temps de se connaître, ni de voir si quelqu’un d’autre fittait mieux, il est intense. Quand un autre gars me regarde, il met sa main sur moi. Ou il m’embrasse à pleine bouche d’une façon vraiment dégueu. La semaine passée, il a cassé parce que je lui demandais de me respecter en me demandant si ça me dérangeait qu’il mette de la musique quand j’écoutais déjà la télé. Sa vision des choses ? Il devrait pouvoir faire ce qu’il veut chez moi. Il ne devrait pas devoir me montrer de considération ni de politesse puisque je suis sa blonde. Tant pis si ça me choque qu’il pète, rote ou mâche la bouche ouverte. Je n’ai jamais manqué d’affection. D’écoute, de temps, oui. D’affection, non. Il ne veut pas d’enfants, mais il m’en ferait un quand même. Il voudrait prendre des années avant d’habiter avec moi mais il m’a proposé ça à matin quand même. Et il ne croit pas au mariage mais il m’a demandé de le marier il y a deux semaines.


Ah, et après sa cousine, une amie vient habiter chez lui trois semaines. Je vais pouvoir faire du vélo avec lui et me baigner avec lui, à la fin du mois d’août (on est en juin et c’est maintenant, l’été). Mais, au mois d’août, la boutique ferme à minuit. Pas pire. Il a quand même changé ses horaires pour qu’on puisse se voir tous les dimanches et un samedi sur deux. Mais, il passe quand même à la boutique ces jours-là. Pourtant, dès la première soirée j’avais dit que ça ne marcherait pas si j’étais avec quelqu’un qui travaillait autant. Mais, il a fait cet effort-là. Et il appelle. Même s’il ne répond pas aux emails. À moins, que je lui dise que je veux une réponse. Je te dis, je suis en attente. J’attends qu’il grandisse, qu’il m’écoute, qu’il ait du temps.

Je ne suis pas mieux. Quand je suis frustrée, je m’éloigne. Alors, j’ai décidé de prendre du recul en général. L’avantage est qu’on sort pour déjeuner ensemble assis à la même table pour au moins une demi-heure (c’est au moins ça), on est allé au cinéma pour la première fois, on va parler d’autre chose que sa job ou de sexe. L’autre avantage c’est que je vais voir si ce gars-là est vraiment pour moi. Tsé, il a cassé la semaine passée. Mais, il a continué de faire comme si rien n’était arrivé quand je suis allé lui porter ses affaires le lendemain. Il n’a rien dit de la semaine. Il me prend pour acquis. Je lui ai dit qu’on n’était plus ensemble, il n’avait pas dit qu’on reprenait. Ça a l’air qu’il fait ça au travail aussi.

C’est platte. Mes murs s’étaient baissés au début. Là, je les sens bien remontés. Je peux voir les drapeaux rouges.

****

AH ! Eh ben, il a rencontré une fille pendant ses vacances et toutes les conneries qu’il faisait c’est pour que je casse avec !! Il continuait de lui écrire. Il se sentait mal. Ben oui, il me rendait folle avec ses conneries, il me blâmait parce que je ne faisais pas assez d’efforts alors que je lui donnais des chances depuis le début et pendant ce temps, Le Troll, se faisait aller le grand charme avec une greluche française ! Ah ! Il est chanceux que je ne lui envoie pas une pluie de poissons d’argent, la lèpre, une brique…

Vagina Warrior moi aussi

Septembre 2007

Depuis que j’ai lu les Monologues du Vagin, ma vie n’est plus pareille.

J’avais déjà les yeux ouverts sur la violence faite aux femmes. Mais, pas sur la violence qu’on se fait. Que dire sur la violence faite aux femmes par l’humanité qui laisse continuer la boucherie physique et émotionnelle ?

Avoir un vagin donne un pouvoir sur l’humanité. La majorité des femmes sont inconscientes de ce pouvoir qu’elles ont, le plus puissant des pouvoirs : créer la vie ou la refuser. Les hommes savent très bien que les femmes créent la vie. Et la violence faite aux femmes dans le monde c’est du sexisme ? du racisme ? un génocide ?
On a étendu le silence sur le vagin tout-puissant en rendant ce mot tabou. Dans certains pays, on pratique l’ablation du clitoris. Le plaisir est ammoral. Dans d’autres cultures, on recouvre les femmes. Les femmes sont sales. Elles sont des objets. Y a-t-il un pays dans lequel il n’y a pas de trafic sexuel ? Partout, les femmes sont battues, violées et tuées.

Le but de cette violence ? Faire taire ce pouvoir, réduire à néant l’indépendance des femmes, les humilier, rendre impossible aux femmes leur développement personnel et social parmi les hommes. Les hommes ont peur des femmes. Ils savent qu’elles sont supérieures. Pas en tout, mais ils savent qu’elles créent la vie. Sans les femmes, aucune vie n’est possible.

Ici, au Québec, tant que la femme n’est pas attaquée, la police ne fait rien. Et lorsque la femme porte plainte pour viol, la femme doit avoir des preuves de son viol : rape kit, des photos, du linge, etc.

Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter de me faire violer, moi ?
Hum, j’habitais avec lui, un gars que je considérais un ami, à qui je faisais confiance. Je me confiais à lui. Il savait tout de moi. Je savais que je ne lui plaisais pas et si, au début (quand on a appris à se connaître plusieurs mois avant d’habiter ensemble), j’étais attirée parce qu’il me regardait intensément, me donnant l’impression qu’il m’écoutait, je ne l’étais plus. En fait, j’étais mal à l’aise, pétrifiée quand il me touchait et je ne savais pas quoi dire. Je me sentais coupable de ne pas vouloir qu’il me voie alors je le laissais faire. On ne m’a pas appris à dire non et à cette étape de ma vie, j’étais plus que gênée, je ne savais pas qui j’étais, je sortais d’une dépression majeure, je venais de terminer une relation à long terme et mon coeur était en mille miettes.
J’étais également coupable d’être une femme et pas celle qu’il désirait. Il harcelait une collègue de travail qui ne me ressemblait pas du tout. Je n’étais pas elle mais j’étais là.
J’avais un amant et ce n’était pas lui.
J’étais moi dans toute ma force de vie même si j’étais vulnérable. Justement, j’étais vulnérable. Et j’étais la personne idéale sur qui il pouvait exercer son pouvoir.

Le lendemain, je me souviens lui avoir dit que ce ce qu’il m’avait fait était un viol. N’avait-il pas entendu mes protestations ? Il ne m’a pas répondu et je ne lui ai pas parlé pendant un temps. Un jour ? Deux jours ? Je ne sais pas. Mais, j’ai refoulé ce qui s’était passé au point de ne plus me rappeler. Ça a pris des mois avant que je m’avoue à moi-même que j’avais été violée. Avant que je m’en rappelle. J’ai eu un choc. Ça a pris des années avant que je sois capable d’en parler et de savoir quand est-ce que c’est arrivé : le premier mois du déménagement. Pas des mois après comme je pensais.

Je ne me rappelle toujours pas de tout ce qui s’est passé. Mais , la police n’a pas aidé. Ils l’ont plutôt aidé, lui, à s’en tirer en croyant son histoire malgré ses antécédents à lui. Ils n’ont eu aucune sympathie, aucune compassion ni aucune empathie pour moi.

Qu’ai-je fait pour mériter mon viol ?
Ai-je porté des vêtements sexy ? Des p’tites jupes courtes ? Des camisoles à froufrou ? Non.
Est-ce que je « savais » l’effet que je faisais sur lui ? Non. Il ne m’aimait pas, il n’était pas attiré par moi et je n’étais pas son genre.
Est-ce que je l’ai accusé de viol parce qu’on a couché ensemble et que je n’ai pas aimé ça ? Si c’était le cas, j’accuserais de viol tous les gars avec qui j’ai baisé une fois sur je sais pas combien. Dans la vraie vie (en-dehors des films porno) l’orgasme est rarement au rendez-vous et la liste d’épicerie l’est pas mal plus.
Je lui ai fait confiance. J’ai été son amie et j’ai dormi avec lui comme avec un frère. Je me suis confiée à lui et lui ai raconté mes journées. J’ai pris sa défense quand les filles de la job ont commencé à dire qu’elles étaient mal à l’aise avec lui. Puis, j’ai été au milieu du débat essayant de faire la médiatrice. Finalement, j’ai créé un groupe pour permettre aux filles de s’exprimer sur le harcèlement qu’elles subissaient.

Qu’ai-je fait pour mériter mon viol ?
J’ai été incapable de dire non à quelqu’un que je connais. J’ai été incapable de frapper, de crier et de mordre un homme que je considérais un ami, un frère, un collègue, un coloc.
J’ai réagi comme d’habitude.
Pourquoi ?
Parce qu’on m’a appris à me méfier des inconnus mais pas des gens que je connais.
Parce que j’avais peur de faire mal aux gens que je connais.
Parce qu’on m’a appris à être fine, à endurer en silence, à ne pas déplaire.
Parce que chez moi, on m’a appris que c’est normal de se faire toucher quand on veut pas, de se faire frapper par du monde qui nous aiment et qu’on aime et que je ne dois pas écouter mon sixième sens. Je ne dois pas réagir et je dois devenir invisible quand on devient violent avec moi comme ça, ça va s’en aller vite vite vite…

Parce que je ne pouvais pas croire qu’il me faisait ça et j’essayais tellement fort de croire que ça n’arrivait pas. Pas lui, pas mon ami.
Ça n’arrivait pas, je n’étais pas là, j’étais ailleurs. Loin dans ma tête.
Parce que je ne voulais pas croire que ça arrivait encore une fois, parce que je pensais que j’allais devenir folle…

Les Monologues du vagin ont changé ma vie parce que j’ai toujours su qu’Il était là, mon vagin. Je l’entends. Et je me suis demandé à mon tour…
Qu’est-ce qu’il porterait ? Un boa en plume rose et une mitraillette
Qu’est-ce qu’il dirait ? Respecte-moi quand je dis non. Avec n’importe quels mots, Non c’est Non, laisse-moi tranquille.

My Sister Duchess of Evil was born

1976

Oh she was beautiful and moving with her great brown eyes and curls. Dimples, smooth skin, a living doll. She still is charming. Like the snake in the Garden of Eden. Cleavage men want to bury their face in (and they do), a smile she uses to get her ways (she does get her way) and a very foul mouth when she drinks. Men love it. She’s a bitch and they can’t get enough. She’s an alcoholic and they want to save her.

I don’t know if I wasn’t prepared for her arrival or if it was loneliness because my dad was never there and my mom was so busy with her but I really didn’t care much for the shrimp. Once I let her fall from the sled in the middle of the street and didn’t say anything. Yeah, I know it’s terrible. When I walked by her when she was in the JollyJumper, I gave a huge swing and she would cry. I guess it would have been corrected if my mom would have said something instead of « Be good little sisters now. » Yeah okay, how ? How ? When I want to kill her for taking my place and I don’t understand why no one loves me anymore.

When she grew up we fought all the time and were pretty violent but I guess my parents were our model. My dad didn’t beat my mom up. She denies having beaten up by my dad and I can’t remember so I believe her. Plus she didn’t intervene believing it was our problems. Urgh. She stole from me but I was forced to share anyway because « I have to be nice » and I think that maybe sharing with her included my boyfriends. Of course, my parents didn’t say a thing except that boyfriends couldn’t be stolen so it was all my fault.

My Sister was conceived during a period of wild parties and she is a wild parties kind of girl. When she was single (five minutes a couple of years ago) we were getting along (I am pretty sure someone played with voodoo dolls somewhere) but it didn’t last when at a Halloween party she totally became hysteric. She told me I couldn’t talk to a certain guy because I couldn’t sleep with him. Even though I told her I was just talking and wasn’t intending on sleeping with the guy (I couldn’t tell her I didn’t want to sleep with a guy she had slept with eeeeeeewwww) she insisted and yelled at me in a crowded bar. I arranged for the two of them to talk about this. Later on in a reataurant full of people, in front of a guy she was sleeping with and his friend, she came back on the subject and I repeated that I was just talking and it didn’t mean anything excepted I was friendly, and that’s when she said « We’re not going to argue because of a dick! » She was completely drunk. The next day she acted like nothing happened, as always. I never forgot.

That’s just an example from many I could give. I was very ashamed and hurt. It broke my heart and freaked me out. She is like my dad, insane, jealous and weird. In denial like my mom. And I can’t see her anymore, she gives me eczema.