Vive le temps des Fêtes

Non mais est-ce que c’est tough les visites du temps des Fêtes ou pas ?! Entre les endroits qui donnent gratuitement le rhume, il y a les autres qui n’offrent pas de bassinettes ni de siège d’enfants pour manger, il y a la parenté qui panique parce qu’on fait le BLW (il va s’étouffer!!!) mais qui laisse leurs bagues dans les mains de mon fils pour qu’il la mange (???), la soeur qui est jalouse, le beau-père qui nous souhaite des jumeaux (viens donc t’en occuper, le grand), la belle-soeur qui offre un cadeau trop gros pour la valise alors qu’elle sait qu’on est en train, la matante avec des barres skor (merci merci, je t’aime, mais pas mes fesses, pas grave on mange tout), l’autre matante qui m’a pigée et qui me donne les mêmes chocolats qu’elle a donné à mon chum l’année passée pendant l’échange (mettons qu’on repassera pour les cadeaux personnalisés), le beau-père qui regarde The Godfather à plein volume alors que les enfants sont là et la belle-soeur qui dit à ses filles de pas regarder…

La chambre d’hôtel trop froide ou trop chaude, un bébé qui a oublié comment s’endormir seul…

Mais, à travers tout ça :

  • La belle-mère qui a fait presque tous nos repas,
  • Les cadeaux de linge qui sont tellement utiles,
  • Un bébé qui s’est amusé, qui n’a pas été tannant,
  • Des meilleurs sièges lors du retour en train,
  • De la parenté tellement contente de nous voir,
  • Un bébé qui a mangé à la cuiller chez ses grands-mères !!
  • Pas de party de Noël à la maison donc on avait moins de stress,
  • Via qui a accepté de changer notre billet de train du 1er pour le 31,
  • Ricardo qui fait une apparition dans ma vie. 😉
  • Un chum qui rend tout plus facile en transportant des valises, en changeant des couches, en endormant le bébé dans le porte-bébé…

Où je casse par courriel…quelle honte

Hier, j’ai flushé mon ex par email.

Je suis frustrée, angoissée, triste, enragée. Je n’aurais jamais dû faire ça. Mais, je n’en pouvais plus ! C’est impossible de lui parler, ce n’est jamais le temps. J’ai eu une réunion toute la journée d’aujourd’hui, puis, j’ai été chez P.B. où, surprise surprise, j’ai été reçue par le maître de maison, son frère et sa blonde… je voulais juste le voir, lui, avoir mon cadeau, avoir un câlin. Je ne voulais pas être reçue par une délégation impériale et scrutée des pieds à la tête parce que je parais particulièrement de mauvais poil.

À tout moment, je pense à mon chum. Je n’en peux plus de penser à quel point ça ne va pas, à toutes les choses que je ne lui ai pas dit au bon moment, à tout ce que j’aurais voulu lui dire, à ce que j’ai dit de pas correct…

Rien fonctionne comme ça devrait depuis trop longtemps. Je me sens mal parce que c’est pas comme si c’est le pire moron de la Terre non plus. Mais, il est pas mal con quand même parce qu’à force d’être embourbé dans ses habitudes, il m’a perdue. C’est un vieux garçon égoïste.

À la télé, ils disent que comment tu passes la veille du jour de l’an détermine comment tu vas passer l’année suivante. C’est juste The O.C. Mais, quand on sait comment j’ai passé mon temps des Fêtes… seule et triste. Passerai-je 2005 de la même façon ?

P.B., lui, il a passé son jour de l’an avec sa nouvelle blonde. Cute, sexy, intelligente, féministe, orgueilleuse. Parfaite.

Ma Sœur a passé toutes ses vacances avec son amoureux. Il est sensible, calme, masculin. Parfait.

Même mes parents, mes amies, mes collègues, ont passé le temps des Fêtes avec des amis, leurs amoureux, leur famille !

Qu’est-ce que je faisais, moi ? j’attendais que Fiancé appelle, qu’il décide de me voir, qu’il arrête de faire sa réflexion. Puis, je me morfondais, je me fâchais, je pleurais, j’étais suicidaire. Super. Depuis ce temps, j’ai l’impression que rien ne s’est arrangé.

Anyway, c’est fini, hein ? J’ai essayé de l’appeler. Pfft. Jamais là. Comme d’habitude, slimy bastard.

J’ai marché sur l’eau

I was 25, newly single after having lived with my beloved Prince Charming boyfriend who was no longer charming. We played pretend couple for his family…who played pretend for us on that very long week at their chalet near St-Jovite.

I was no longer charming either. My beautiful future had fallen apart, ripped at the seams by new medication, reality finally setting in about my family, illness pulling me deeper into pain. I was very depressed, almost psychotic those few weeks before Christmas but just in time for the Holidays I was a bit better, calmer. I just had to sleep ten hours each night. I had lost a lot of weight, couldn’t eat. I was facing separating a man I loved and was depending on to always be there as he had promised. I was afraid of being alone forever…again.

He said we would marry. He wanted children. He wanted so many things that I wanted for him because I loved him. But inside me I knew I couldn’t give him what he wanted. I had no future.

That first day of 2000, in the forest, along with his sister who walked farther away from me, letting me cry, I walked on the frozen lake and screamed my anger, my sadness, everything that I kept inside.

I realized I was walking on water. On a lake. I had always been afraid of lakes and rivers. Fear gripped my heart at the thought that a fairy could unfreeze the lake, I would drown !! Nobody would ever find me. What if it happened ? What if the lake wasn’t really frozen ? What if the ice broke ? But then Prince Charming’s sister took me by the hand and we simply walked and breathed and looked at the snow, the trees, the sun was making the snow sparkle.

That day I walked on water even if I was afraid. I walked all the way across the lake.

It took some time before a fairy unfroze myself though. I’m still a bit frozen, afraid that the ice might crack. But I have my moments of walking on the water.

I’m still single…I have had boyfriends and lovers but I have never been able to be with someone like I was with him. And no relationship has ever lasted since that breakup. I really needed him to be there while my world fell apart. He wasn’t, he never was really there. I was never really there for myself. The road to myself proved to be veryyyy long after that.