Not fitting in

  • I don’t have kids.
  • I’m not single.
  • I’m not infertile that I know of.
  • I’m straight.
  • I’m not married.
  • I’m not even mentally ill anymore !

Even my stepparents want me to fit in a nice box. They say to J-L that surely by now, I’m his fiancée. And they are counting on grandkids next year. Twins.

What box am I in ?

Oh. Wait. I have braces. But I’m not a teen. Ackward.

10 chansons préférées

Oh…je sais, je sais, celle-là…Okay attends…Euh…Me semble que je l’aimais celle-là ?…Oh boy, qu’est-ce que ça va dire de moi…ah oui, celle-là…Bref, ça doit faire 20 minutes que je regarde ce que j’ai sur itunes. Okay, là, ça fait une heure…

Bon, j’ai 28 chansons que j’aime vraiment beaucoup. Je vais tricher et en metter 10 sur mon autre blog, héhé.

Voyons voir…J’ai pas le choix, ça me prend une liste de chansons anglos et une liste de chansons francos.

Je dois dire que je suis étonnée de voir que la plupart des chansons ont rapport avec mes ex ou avec mon enfance.

  1. If I Were Your Woman / Gladys Knight and the Pips : Quand j’ai découvert cette toune-là, je la chantais plusieurs fois de suite par jour, à tue-tête, bien sûr. C’était pendant ma période de célibat et des chasteté, je pense.
  2. Dreams / Fleetwood Mac : Cette chanson-là a marqué ma vingtaine. Je me rappelle la première fois où je l’ai entendue. C’était dans la chambre d’un de mes colocs. On était une gang à écouter de la musique pendant qu’ils fumaient. M.T. était là et cette chanson-là va toujours me faire penser à lui. Quand je l’écoute, j’ai l’impression qu’il pleut. La chanson a été reprise par The Corrs sur un disque hommage à Fleetwood Mac, Legacy.
  3. Like it or not / Madonna : C’est la chanson de mon indépendance et de mes phases Fuck You. J’adore cette chanson-là parce que ça met des mots sur ce que je pense : Je suis qui je suis, that’s it.
  4. Sarasa / Susheela Raman : C’est la chanson qui a fait que je me suis mise à écouter les disques de Putumayo et la musique internationale.
  5. If You Were a Carpenter / Dolly Parton & Joe Nichols : J’ai plusieurs versions de cette chanson, mais celle-ci est celle que je préfère parce qu’elle est enjouée. Quand j’étais petite, Ma Soeur et moi étions fascinées par Dolly Parton…je vous laisse deviner pourquoi. C’est une version country et ça doit me venir de mon père qui trippe country.
  6. One / Johnny Cash : J’avais demandé à Y. de me faire des CD et j’ai écouté ces cd-là à répétition et je trouvais des messages cachés partout. J’aurais donc aimé que Y. m’ait choisi ces chansons-là pour m’envoyer un message pour vrai…Quand je veux penser à lui, j’écoute ses CD. J’étais surprise de trouver cette chanson-là dans ses compilations…punk. J’avais aimé la version de U2, mais celle de Johnny Cash est émouvante à cause de sa voix. Frissons.
  7. Way Back into Love / Hugh Grant and Drew Barrymore : Oui, je suis quétaine. Mais, bon, j’aime les comédies romantiques et j’aime Drew Barrymore et pendant ma période de célibat, le soundtrack de Music and Lyrics m’a donné de l’espoir et de la joie.
  8. Anyone at all / Carol King : Encore une chanson de trame sonore. Je trippe sur Meg Ryan et j’ai écouté You’ve Got Mail mille fois. C’est la chanson de la fin du film et elle me faisait pleurer chaque fois. Je m’en fous de déjà savoir la fin. C’est comme si la fin pouvait changer, on sait jamais. Alors quand la toune jouait et que je voyais arriver Tom Hanks avec son chien…je braillais. Et je pensais à mes ex que j’aurais aimé aimer plus longtemps. Pis ça me donne l’impression d’être dans The Sound of Music. Allez savoir.
  9. It Wouldn’t Have Made Any Difference / Todd Rundgren : Ah cette chanson-là je l’associe aux ruptures, ça me rend triste. Je l’ai découverte dans le film Almost Famous, un de mes films préférés. Et son autre chanson qui me rend triste je l’associe à l’amitié entre hommes et femmes. J’ai découvert Can we still be friends ? par le film Vanilla Sky.
  10. Slingshots / Morley : Celle-là vient de la trame sonore de Felicity, la série télé. J’avais une période de déprime et Felicity m’amenait dans cet état-là, le genre de funk où je descendais quand je pensais à mes ex. C’était dans la vingtaine et j’étais encore plus nostalgique que maintenant.
  1. Toutes les chances / Mara Tremblay : Au travail, j’écoutais souvent Espace Musique et j’ai découvert Mara tremblay comme ça. Eh bien, cette chanson, me fait penser à mon chum. Amourrrr. Je passe mon temps à penser à toi…J’ai toutes les chances d’échapper mon coeur.
  2. Les oreillons / Tricot Machine : C’est une amie qui m’a fait écouter ça pendant qu’on passait du temps à son chalet et il a fallu que je me retienne de pleurer quand j’ai écouté cette chanson-là. Je pensais à C. mais, je ne suis jamais passée proche de lui dire…mais, j’ai pensé à Y., à M., à ma solitude. Ça fait cent fois que je me rends pas à ton oreille…cent fois que j’t’le dis pas…Grosse émotions.
  3. Fais-moi une place / Julien Clerc : J’ai fait mon spectacle de ballet sur cette chanson quand j’avais six ou sept ans. Mais, c’est le Troll qui est venu me chercher dans les trippes avec ça. C’était tellement pathétique et triste que j’ai craqué. Je pense que c’est la seule fois où il a été honnête et vulnérable avec moi.
  4. Je suis venue te dire que je m’en vais / Carmen Consoli : La soeur de H. est revenue d’Italie avec le CD de carmen Consoli dans ses valises. Je comprends rien à l’Italien mais cette chanson en français a frappé juste. Pour la salope en moi qui a cassé avec bien des hommes sans me retourner…hum. A aussi été chantée par Jane Birkin ainsi que  par Jo Lemaire.
  5. Je m’appelle Solitude / Romane Serda : J’étais curieuse d’entendre le CD de la blonde de Renaud et j’ai été enchantée. Et toute pognée. Aime-moi, aime-moi comme si tu m’avais inventée…Je pensais à l’homme que je voulais rencontrer quand j’écoutais ça.
  6. Montréal / Ariane Moffatt : Encore le Troll. J’avais le coeur qui volait dans ma poitrine quand j’écoutais la chanson qui me faisait vivre l’espoir pendant qu’il était en voyage. Elle est restée une chanson que j’aime parce qu’elle est joyeuse. J’ai des visions d’aéroports ensoleillés.
  7. Saskatchewan / Trois Accords : Okay c’est niaiseux les chansons des Trois Accords, mais je ne peux pas résister à celle-ci. Pathétique, évocatrice, triste. Bouhou.
  8. Et si tu n’existais pas / Doba Caracol : La version est encore mieux que celle de Joe Dassin. Une chanson qui me fait penser à J. D. La chanson des peines d’amour, du romantisme.

Je ne sais plus quoi choisir.

Un humain donne combien de livres de cendres

Mon oncle s’est fait incinérer et je me demande comment ça se fait qu’un humain, qui a eu une vie remplie, qui a aimé, ri, souffert…comment ça se fait que c’est tout ce qui reste à la fin ? Un paquet de cendres ? Et des souvenirs…

Si c’est pas un argument pour ne pas  s’attacher aux choses matérielles, je sais pas ce que c’est. Je veux dire, on apporte pas notre bibliothèque, notre sofa en cuir ou notre tasse à café avec nous quand on meurt.

Lui, il n’a pas pu apporter son jardin ni son pacemaker.

Rubik Cube

Je me vois un peu comme un Rubik Cube. Je ne finirai jamais d’essayer de mettre toutes les couleurs ensemble, d’essayer d’aller plus vite pour tout enligner. Je sais que je ne peux pas tricher : les collants se décollent pas. Je sais aussi que c’est une tâche sans fin.

Je me casse la tête, je me pose des questions. Je suis comme ça. Mon amie m’a dit la semaine passée qu’elle avait fini de se poser des questions (sur les autres et sur l’amitié). J’ai trouvé ça bien triste. Quand on ne se pose plus de questions, c’est là qu’on se trompe.

Et c’est là que j’ai vu sa jeunesse. C’est là que j’ai vu que j’ai 33 ans et elle 26. Et que ça paraît. Ça paraît enfin après des années de fréquentation où je ne remarquais pas de différences. Dernièrement, ça m’a frappé ces différences entre nous.

Mais, moi, je vais toujours m’en poser des questions. Je vais toujours creuser et ne pas me fier aux apparences et je sais que je ne prendrai rien pour acquis. Je ne me prends même pas moi-même pour acquis !

Oui, il y a des moments où ma tête est vide. Ma tête ne tourne pas toujours à mille à l’heure. Je ne porte pas le monde sur mes épaules. Mais, je suis née pour autre chose que vivre une vie ordinaire, sans me poser de questions, à magasiner en banlieue en minivan, à penser que je vais toujours être sécure dans mes relations, à penser que je suis bonne et juste, qu’on m’aime et que je fais juste assez, que je n’ai pas à aller plus loin.

Je ne fais pas assez, je veux aller plus loin, je veux me développer, développer mes relations. Je veux Être, encore plus et plus ! Le Rubik Cube ne sera jamais fini.

Je veux savoir qui se cache derrière le gars qui fume, derrière ses yeux noirs, je veux savoir qui se cache derrière le cuisinier, ce que cache telle ou telle maladie, pourquoi on a des rages, pourquoi on nie nos émotions, pourquoi si, comment ça…

« Soyez réalistes, exigez l’impossible » disait Che Guevara. Tout à fait !