Lundi reconnaissant

  1. Personne ne mentionne sur Facebook les choses qu’ils m’ont fait.
  2. Personne ne met des photos compromettantes de moi sur Facebook.
  3. C’est la dernière semaine d’école de mon chum.
  4. J’ai bien dormi la nuit passée.
  5. Le gym ! Ça fait tellement de bien.
  6. Mon amie et moi avons trouvé une place qui vend des chocolats qui sont super bons !
  7. Pas besoin d’aller au Salon du livre ! Yé !
  8. Mon autre amie m’a donné des biscottis.
  9. Je suis plus habituée à mes broches…
  10. Et je n’ai même pas fait de bobos sérieux ! 🙂

WTF?! Sur Facebook ?!

Je viens de voir un de mes ex annoncer qu’il retournait en Afghanistan et qu’il allait faire un homme de lui en demandant pardon à son femme (il a même écrit son nom au complet) de l’avoir abusée physiquement et sexuellement le 1er mai 2010, et qu’elle ne méritait pas ça.

Bâtard. Sur Facebook ?! Voyons donc, ça se fait pas !! Appelle-la, parle-lui, texte-la, va la voir. EN PRIVÉ. Annonce pas sur Facebook que tu l’as battue et violée ! Maudit moron.

Email à H.

Je m’ennuie de mon ami. Pas de mon ex, de mon ami.

Pas de nouvelles, ta blonde m’aime toujours pas, t’es occupé avec la job, la maison, la blonde malade, les enfants…je sais tout ça. Si Facebook était pas là, je ne saurais même pas que ton gars se fait opérer les oreilles, que ta blonde a eu sa dernière chimio.

Mais, je m’ennuie de toi. Pas pour que tu viennes réparer des affaires chez nous. Juste parce que t’es un gars le fun. Je me sens en Sibérie. Je trouve ça encore plus dur depuis le party. Je sens que même l’amitié a pris le bord.

Ça faisait depuis le party que je trouvais ça rushant. J’ai même écrit dans mon blog et ça a fait passé le motton un peu. Mais, bon.

Je pense que les adultes doivent être capables de communiquer alors je te communique que osti que je suis tannée de pas te voir, osti que je suis tannée d’avoir l’impression que ça vaut même pas la peine de te garder comme ami Facebook. Tu es devenu juste une photo de profil et j’ai plus de nouvelles de tes amis…encore une fois grâce à Facebook. Je me sens en Sibérie, mais j’ai l’impression que tu es en Antarctique, loin, loin, loin. Des amis, des vrais, on en a pas des tonnes dans la vie. Toi, oui, t’as des tonnes d’amis qui sont toujours là pour toi, qui t’ont aidé quand J. est tombée malade. Moi, j’étais pas là, je ne savais même pas.

En tout cas.

Je fais juste penser à quand on mangeait de la pizza en regardant des anime à l’Université de Montréal. Quand tu buvais un cidre chez Second Cup. Quand on allait chez Rockaberry. Quand on agissait comme des mongols quand on se voyait.

Mon email manque de poésie et de sens littéraire. Mais, à matin, fallait que ça sorte.

xx

Les vrais amis et les amis Facebook

Bon, je viens de resserrer mes paramètres de confidentialité une fois de plus. La très grande majorité de mes « amis » sont dans ma liste d’accès limité depuis un temps. Là, il me reste peut-être une dizaine de personnes qui ont accès à tout.

J’ai une amie que je n’ai pas vu depuis longtemps. On était supposé se voir en novembre. Pas d’appel. Un mot sur Facebook une fois de temps en temps pour me dire qu’elle ne m’a pas oublié. « Bientôt! » Quand elle sera moins occupée qu’elle dit. On est au mois de février ! Come on.

Bien ce soir, j’ai appris qu’elle déménage avec son chum demain. C’est par hasard que j’ai su qu’elle avait un chum…grâce à son profil Facebook, sur son babillard. Pas dans son statut. Pas grâce à un appel, un email. Non. Facebook.

Je me doutais qu’elle avait un gars dans sa vie parce que, comme plein de monde, elle disparaît dès qu’un mec se pointe. Les autres personnes cessent d’exister. C’est d’ailleurs ce qui a causé notre rupture d’amitié. C’était donc évident que si elle avait un gars dans l’oeil…et son lit…elle ne ferait pas plus d’efforts que d’habitude. Et c’est ça.

Je l’ai donc limitée. Ça fais un bout que je me dis que je suis sur le bord de laisser tomber. Mais, j’ai déjà laissé tomber.

Elle est donc devenue une des amies Facebook qui ont déjà été des vraies amies mais qui ne le sont plus. Câline, c’est pas comme si c’était facile de se faire des amis à 35 ans. En perdre pour des histoires d’immaturité émotionnelle (c’est ce que c’est quand tu oublies tes amis au profit d’un gars)…je trouve ça bien décourageant.

Self Interview 4

4 octobre 2007

So…what’s new ?

Well, after a couple days where we had more work, we have « one of those days » where the system’s down and we have no requests.

You don’t seem too depressed over it ?

Nope ! I go on Facebook and I go on Dandelife and write my life away !

I saw that you write in French and English ? How come ?

Well, I was raised in a bilingual family. Dad would speak to me in English and I would answer in French. My Dandelife is bilingual because I have some written journals that are in French that I copy but my everyday life is written in English.

But why English ? Don’t you work and live in French ?

Yes. But sometimes it just comes that way and at other times it’s better in English, I know people I know don’t understand it so…

You don’t want people you know to understand what you write ? Why ?

No I don’t. Because sometimes it doesn’t concern them, sometimes I prefer to have my private garden. That’s why some of my stories are private.

If you want to have a private garden, why do you write on the net ? It’s a bit contradictory !

Not really. It’s easier to share with strangers. Plus, I do want to have privacy from people I know but I still want to share with others. Just not everyone I know.

But why ?

Because !! A lot of people around me are better that way, not knowing who I really am. They prefer it this way, they don’t want to know. And I don’t want some people I know to « know » everything about me. I know it’s confusing.

You have family on Facebook who could read you on Dandelife, right ?

Yes. It would be alright. I think that in most cases family members are the ones that are the most close-minded about who we are. They still see us the way they did when we were all very young. My mom is still astounded that I eat vegetables. She still sees me as a little girl who pouts when she puts a plate in front of me. I hated meal time. So I think that reading some things we write is a good way for family to get to know who we are !

You really are kind of bipolar ! This and that, this pole but this pole too.

I hate it when you remind me of it ! My therapist always brings it back. Why do you do this ?

Don’t you think that the way you like both extremes of things is a way of being bipolar ?

Ungh. Yeah. Why not.

You are so reluctant to admit that even if you are not ashamed of being bipolar, your personality is bipolar.

Yes. I. Am. I am not only bipolar, you know ! It’s true I have a tendency to like both extremes of things but it doesn’t mean I am and will only be a bipolar person. I’m not the only one like this.

Of course not.

And I am trying to focus so I come to a certain milieu, a middle.

Hum. Hum.

You drive me nuts !

Well isn’t  true that you will be volunteering with kids ?

Yes ?

But while you are in councelling in orientation to begin new studies, you are considering thanatology ? Virology or immunology ?

Yes…

Well…they are two different poles. Kids are life, freshness, new beginning. But what you are looking at to study and maybe have a new career is death and sickness.

So what ? Maybe I don’t want to do the same thing all over my life. Maybe I like having contraries and contradictions. Big elephant, small mouse. I like challenges, I like movement.

Okay then !

C’est ce temps de l’année…le temps où les Ex sortent de leur trou

Comme des fourmis, mes ex reviennent périodiquement. Aucun ne part pour longtemps. Je pensais y échapper cette année vu que je n’ai pas eu de nouvelles à ma fête.

Mais non. En une semaine j’ai eu un appel de P., un email de J-F et une annonce LinkedIn de J-Y.

P. fait une dépression et je crois qu’il avait besoin de parler de ses médicaments, de sa diffculté à trouver un travail, de ses problèmes d’argent, de sa famille. J-F vient d’être diagnostiqué déficit de l’attention à 45 ans et pensait que je comprendrais mieux que les gens autour de lui. Et J-Y…vient d’accepter une vieille invitation LinkedIn peut-être ?

Quelle autre surprise m’attend ? Ma mère va voir mon ancien fiancé au musée ? Je vais foncer dans le Troll en allant au café ? Je vais avoir des nouvelles de H. ? En tout cas, B.M. m’a retrouvée sur facebook il y a deux mois. Ça ne rend pas mon penchant pour le cyberstalking facile à endiguer !

Enough to become crazy

Franchement, si je n’étais pas aussi détachée de ma famille, je capoterais. OK je capoterais encore plus.

Une fois de plus, ma famille s’est dépassée côté connerie. Mon oncle est décédé et je l’ai appris par Facebook. Je suis tombée sur le cul, je ne savais pas qu’il était malade. Ma tante envoyait des emails à tout le monde pour donner des nouvelles de sa santé et je ne les ai jamais reçus ! Tout un choc. J’étais au travail.

Personne ne m’a appelée et j’essayais de rejoindre ma mère pour savoir si elle savait quelque chose. Quand j’ai réussi à l’avoir au bout du fil, elle venait de l’apprendre !

Et là, je viens de savoir qu’ils ont enterré mon oncle hier ! C’est ma tante qui vit en Colombie-Britannique, qui n’a pas été aux funérailles ni à l’enterrement qui m’a écrit sur Facebook.

Ciboire. Si je n’avais pas Facebook, je n’aurais aucune estie de nouvelles ! Incrédule, flabbergastée, dans quel monde ils vivent ce monde-là ?!

Je suis fâchée. ARGH

At least when they didn’t have my phone number there was a good reason for them not to call. It took them 2 years and more to realize I had changed my number.