J’y ai pensé mais ça fait longtemps

Ton dernier commentaire a rouvert mes souvenirs sur notre relation. Vu qu’on ne se voit plus comme avant (pas un reproche, c’est une constatation et c’est normal), tu n’es plus un sujet de pensées comme tu l’as été. Il faut que j’enlève les toiles d’araignées.

C’est vrai que tu corresponds à mon pattern. Tu es le genre de personne que j’attire pour certains points, tu es aussi le genre de personne qui m’attire. Au moment où on s’est connu, je pense qu’on répondait tous les deux à nos patterns. C’est ce que je pense. C’est pour ça que c’était vraiment le fun pour moi d’être avec toi dans ce temps-là.

Inquiète-toi pas, chaque fois qu’on se voit ou que je te parle au téléphone le naturel revient au galop… 🙂
Je me rappelle que j’aimais le drame, dans le temps. Notre histoire m’en faisait vivre. Mais, c’était un drame agréable, le genre que je reproche à mes amies adultes d’aimer vivre. Je n’ai pas été traumatisée. J’ai vraiment aimé ce que j’ai vécu avec toi. Tu m’as ouvert l’univers. C’est quétaine à dire, mais, c’est quand même vrai.

Tu m’as acceptée comme j’étais (tout croche et vraiment naïve). Tu as pris soin de moi (tu me flattais, tu me faisais à manger, tu me massais).  Tu m’as écoutée quand je voulais parler (combien d’heures je t’ai tenu au téléphone à parler sans te laisser dire un maudit mot). Tu as été là pour moi à un moment de ma vie qui était vraiment très difficile et tu as rendu ma vie plus amusante, excitante. Tu m’as fait rire ! Tu m’as fait manger végétarien. T’étais tellement masculin, je te trouvais beau et fort.

Tout n’étais pas rose et je sais que tu te sens coupable parce que tu m’en as parlé. Je ferme le sujet chaque fois. Donc, je vais l’écrire ici. J’ai choisi de vivre ces moments-là avec toi même en sachant ce que ça voulait dire. Te voir juste aux deux semaines. Ne jamais rencontrer ta fille ou ta famille. Savoir que tu voyais d’autres filles. Ne pas se tenir la main en public.

Ça a duré 8 mois. Pis, c’est encore un beau souvenir.

Maudit que j’ai pleuré quand tu as choisi l’autre. Et j’étais vraiment pas contente quand tu m’as avoué que tu voyais encore ton ex, des fois, souvent. Oui, j’ai été triste des fois. Vu que j’étais dépendante, ça me serrait le coeur chaque fois que te disais au revoir pour une semaine.J’ai été confuse, fâchée, triste…

J’ai surtout été contente, allumée, excitée, et je me suis quand même sentie aimée. C’est grâce à toi si ma sexualité est comme elle est. Tu m’as aidée à me réconcilier avec la sexualité après des années à vraiment trouver ça pénible. J’ai eu du fun, j’ai été relaxe (je pense). Pour toi, c’était probablement ben ordinaire, mais pour moi c’était magique. Chaque fois qu’on s’embrassait, chaque fois, je prenais en feu. Je pense que c’est de ça que je me rappelle le plus.

Je suis passée à autre chose depuis le temps et…ce qu’on a vécu m’a permis de déterminer ce que je voulais pas dans une relation. Et ce que je voulais pas. D’ailleurs, ma liste du gars idéal a bien des points qui te correspondent. Je voulais quelqu’un de disponible, qui me voulait juste moi, qui voulait une famille. Je voulais voir la personne régulièrement, je voulais être amoureuse.

Mais, es-tu vraiment surpris de voir que tu corresponds à mes patterns ? Que j’ai choisi d’être avec quelqu’un qui je le savais partirait, qui n’était pas vraiment disponible ? Moi, je ne suis pas surprise. Mais, ça fait longtemps de ça.

Publicités

WTF?! Sur Facebook ?!

Je viens de voir un de mes ex annoncer qu’il retournait en Afghanistan et qu’il allait faire un homme de lui en demandant pardon à son femme (il a même écrit son nom au complet) de l’avoir abusée physiquement et sexuellement le 1er mai 2010, et qu’elle ne méritait pas ça.

Bâtard. Sur Facebook ?! Voyons donc, ça se fait pas !! Appelle-la, parle-lui, texte-la, va la voir. EN PRIVÉ. Annonce pas sur Facebook que tu l’as battue et violée ! Maudit moron.

Favorite songs

I wrote a post in october 2009 about my favorite songs. I can’t find most of them on SoundCloud…but I can upload them from my Itunes library. So here is one I just uploaded. 🙂

From Music and Lyrics. This song really made me feel happy when I was single. It gave me hope. You would understand if you had met my exes. Gee Whizzz Louizzzz. I even saw one of these exes in a TV pilot this week. I can’t believe I was with him for a big whopping one week and a half. He still looks like a biker and even with my 5’6″ and 173lbs, I look like a little girl next to him. Brrr.

Maudits rêves

Les rêves et les cauchemars ont recommencé. J’avais la paix depuis un bout, mais je recommence à rêver tout croche.

La nuit passée, j’ai rêvé à l’ancien fiancé et je me suis sentie à côté de la plaque toute la journée. Dans mes rêves, mes ex sont tellement présents, tellement vrais. J’aimerais qu’ils soient faux et ne reviennent plus jamais. Je voudrais les oublier.

À la place, je suis pognée avec des grossesses, des chicanes, des meurtres, des sourires, des whatever qui me rendent distraites. Même chose quand je rêve de J-L.  Je recommence à avoir de la misère à faire la différence entre le rêve et la réalité. Je me réveille et je pense que je suis dans le rêve et les émotions me suivent toute la journée : peur, colère, tristesse, angoisse, joie, étouffement…

Pénible.

All Guns Blazing

All guns blazing, I’m taking everyone down with me.

Est-ce que j’ai honte ? Oui. Est-ce que je regrette ? Non. Pourquoi j’ai fait ça ? Parce que je suis tannée d’être la grosse méchante alors j’ai fait comme si je l’étais. Logique ? Non. Est-ce que je suis folle ? Un peu. C’était comme un drunk calling, un Columbine, un meurtre-suicide.

Hier, je me suis retrouvée encore une fois entre H. et sa blonde, J. Encore une fois mes bonnes intentions se sont soldée par une crise de nerfs du couple. Ça fait dix ans, je ne comprends pas pourquoi on peut pas juste être amis, osti. Ils ont des problèmes. Fine. Mais je ne suis pas responsable de leurs problèmes et je ne suis pas responsable du bonheur des autres non plus.

Chaque fois que H. et moi on s’écrit, sa blonde capote. Finalement…je me dis que c’est peut-être lui qui ment, il fait peut-être exprès. Au lieu de me dire qu’il ne veut plus qu’on ait de contact, il invente que sa blonde capote.

H. m’a demandé pourquoi j’avais écrit à sa blonde ? J’avais écrit ici comment, bizarrement, sa blonde m’avait répondu le même jour que lui ? Oui, weird. Je lui ai écrit en mars, elle m’a répondu exactement en même temps que son chum.

Je lui ai répondu à elle en tenant compte de son email, et non en tenant compte de son email à lui.

En attachement, je mets les emails que j’ai échangés avec H. avant de péter ma coche, solide.Emails H

J’ai totalement manqué de classe quand je lui ai répondu et je le sais. J’ai vraiment pété ma coche. Je me suis dit que, là, j’allais descendre tout le monde avec moi. Pas vrai que j’allais être la méchante quand c’est pas vrai.

Voici ma réponse à H. avec les emails de J. dedans. Emails J

Ma réaction a été trop forte comme d’habitude. Mais, j’étais tellement fâchéééee !! Je me suis dit fuck off, je suis tannée d’être pognée là-dedans chaque fois, j’ai été correcte avec les deux, pas de raison que je sois accusée de quoi que ce soit. Ils ont des problèmes, fuck it.

J’ai tiré la plogue avec un très grand manque de classe. J’ai écrit à tous mes amis facebook qui font partie de ses amis (à H.) et je leur ai dit pourquoi je les enlevais de ma liste. Anyway, je ne vois pas pourquoi je garderais des gens avec lesquels je n’ai pas de vrais contacts et quand j’en ai, c’est figé. Je lui ai même écrit à elle pour lui dire ce que je pensais. D’un bord comme de l’autre, si c’est lui qui invente ça elle va le savoir et en ayant nos emails à elle et moi, lui va savoir ce qu’on s’est dit. Deux adultes devraient pouvoir se parler. Moi, si j’ai réagi fortement comme ça c’est que j’étais en colère d’être prise dans cette galère-là, encore. Ils ne sont pas capables de se parler.

Bref. Sigh.

La fin d’une amitié

J’ai commencé à écrire ça le lendemain du party chez H. C’est demeuré un brouillon jusqu’à maintenant.

En fin de semaine, il y avait un party pour H. qui a eu 35 ans ce mois-ci. C’était chez lui, dans une autre ville, dans sa maison, dans sa cave. Là où il habite avec sa fiancée et ses deux enfants. En banlieue.

J’avais reçu une invitation et je croyais que c’était une erreur parce que c’est sa blonde qui l’avait envoyée. Finalement, oui oui j’étais invitée avec mon chum et C. J’étais super contente. Ça me faisait bien de la peine de penser que je n’étais pas invitée.

Ça faisait des années que je n’avais pas vu H. Sa blonde ne voulait plus qu’on se voit parce que H. lui a conté une menterie de trop. Il lui a dit qu’il allait chez C. et que j’allais être là. Mais, non. Il était chez moi et C. était là, je pense. Bref, on ne s’est pas vu depuis ce temps-là et c’est supposément ma faute parce que j’ai assumé que sa blonde le savait et que j’ai dit sur son répondeur qu’il faudrait bien qu’elle vienne la prochaine fois. Il ne m’avait pas dit qu’il lui avait menti.

Alors, on est allé au party voir des gens que je ne voyais plus depuis notre rupture, manger légumes et trempettes, boire de l’alcool ou de la liqueur, manger des chips (pas moi, c’est carême), manger du gâteau (pas moi, c’est carême). H. a insisté pour avoir un party de sous-sol comme dans le temps. Évidemment, c’était lui le DJ. Mon chum a trippé. Il a dansé comme un fou.

Je ressentais un léger malaise. Je me sentais loin de ces gens-là et je pense qu’eux aussi se sentaient loin de moi. Ils ont presque tous eu des enfants. Ils ont presque tous une maison et une voiture. Ils se voient encore et ils habitent tous en banlieue dans la région de Montréal sauf la soeur de H. qui habite près de chez C., dans le nord de la ville.

La conversation était superficielle. Que pouvais-je leur dire ? Même à H. je ne savais pas quoi dire et je ne savais pas  comment agir. Chassez le naturel, il ne revient pas toujours. Ça n’aide pas que je n’ai pas eu de nouvelles de lui pendant aussi longtemps et que même si je lui fait des coucous sur Facebook, il ne répond pas. Je ne sais pas pourquoi j’ai été invitée.

Quand j’ai maigri, je n’étais plus de son goût parce que mes seins devenaient trop petits. Maintenant que j’ai une poitrine encore plus volumineuse qu’avant, je me demandais si quelqu’un allait faire une remarque. J’espérais que non. Mes seins ont souvent été un sujet de conversation, mettons. Personne n’a fait de remarque sur ma reprise de poids ni sur mes seins et c’est tant mieux. J’ai quand même surpris H. à me regarder la craque de seins bien comme il faut. Pas de doute, il a remarqué, lui.

J’ai appris pendant le party que sa blonde était en rémission de cancer. Il ne me l’avait pas dit. C’est quelqu’un d’autre qui me l’a dit. Je pense que le fait qu’il ne m’ait pas dit ça la dernière fois où on s’est écrit, c’est un signe que c’est vraiment fini l’amitié qu’on avait. Alors que mes ex me recontactaient pour toute sortes de raisons…lui, il était entouré de ses vrais amis.Il vivait le cancer de sa blonde avec eux et avec elle.  Ça m’a touchée de savoir qu’elle avait encore passé à travers ça et lui avec elle. J’ai trouvé ça triste. Je pense qu’il a peut-être eu peur, s’est peut-être senti démuni. Moi, je n’étais pas là.

J’ai pensé longtemps qu’on était des âmes soeurs. On a toujours été connectés. Plus maintenant. Ça me rend triste d’écrire ça. Le côté amoureux de l’affaire, ça fait tellement longtemps que c’est parti. Mais, l’amitié, je pensais qu’elle avait encore une place.