Évolution de mon poids

Évolution de mon poids

C’est un tableau que j’ai fait sur le site de Patients like me.

On peut voir toute une courbe !!

En 2000, je pesais 160 et c’était quand je prenais du Lithium. Quand j’ai pris du Topamax, j’ai chuté à 108, en 2001.

Puis, j’ai repris un peu de poids au fur et à mesure que je me remettais de ma grosse dépression. On voit aussi qu’en 2007, j’ai commencé à prendre du poids d’une façon plutôt verticale…c’est quand j’ai diminué les doses de Topamax et de Manerix.

Puis, on voit que j’ai pris encore plus de poids en 2009 alors que je vais au gym quatre fois par semaine. Ma forme physique est meilleure qu’en 2000, ma masse musculaire est plus importante et ma « shape » est vraiment mieux, je trouve.

J’espère que je vais redescendre éventuellement parce que même si je suis musclée…je suis musclée en-dessous du gras. 🙂

Les résolutions : un désir d'auto-actualisation

Ma liste de résolutions se trouve sur mon autre blog : https://pandabox33.wordpress.com

Je continue mes efforts à ne pas manger de chips, les Doritos en particulier. Je vais essayer de manger moins de popcorn même si c’est meilleur pour la santé. J’utilise le popcorn comme substitut. Il faudrait que je regarde pourquoi ça me prend ces fringales-là.

Je continue l’exercice parce que ça me fais tellement du bien ! Ça m’aide à dormir, ça me donne de l’énergie, ça me fait sentir mieux dans mon corps. J’aime avoir du fun avec mes activités. Alors, je continue le zumba et le pilates. Et je choisis mes instructeurs pour le toning, l’aérobie. L’instructeur fait la différence. Ça continue d’être le YMCA parce que c’est communautaire et que j’appuie leurs valeurs et leur façon de faire.

Je me pèse chaque semaine avant le cours de pilates du samedi matin et mon post s’appelle Samedi en Forme. Mon premier est ici : https://pandabox33.wordpress.com/2010/01/02/samedi-en-forme/

Je vais poster sur des thèmes aussi. Le Mardi Muet (une photo), le Lundi Reconnaissant (liste de choses positives pour démarrer la semaine), le Show and Tell du mercredi (photo de quelque chose que je présente) et je vais participer au IComLeavWe au moins dix fois dans l’année.

Je continue à boire moins de liqueur (Coke). Quand je vais en boire (du McDo sans Coke c’est de l’hérésie), je vais boire un petit Coke régulier au lieu du Coke Zéro format moyen. Quand je bois du régulier, je vais moins à la toilette après et je mange moins parce que le sucre fait arriver le signal de satiété plus vite.

Ah oui, je continue avec le chocolat noir. J’ai acheté des chocolats la semaine passée et je n’avais pas remarqué qu’ils étaient au lait. Je suis passée à travers la première journée…Alors que quand c’est du noir, j’en mange un ou deux morceaux et je n’en peux plus.

Et je vais m’acheter des lunettes…argh. C’est une grosse dépense mais qui s’avère nécessaire, ma vue a beaucoup baissé. J’avais des lunettes mais elles sont dégueu. Elles servaient à voir de loin alors je les mettaient peu. Mais, là, ça s’en vient ridicule. Une situation au travail m’a forcée à regarder la réalité ! Héhé

Et là, après avoir remis tous mes travaux de psychologie de la personnalité, je m’enligne vers le cours de psychopathologie. Et, je vais continuer d’être honnête envers moi-même, envers les autres. Je vais continuer de prendre soin de moi, de m’occuper de mes bobos. Et je vais continuer de faire des efforts avec mes amis…tout le monde sait combien c’est dur d’appeler quand on besoin d’aide. C’est la même chose pour les autres !

Je vis dans The Matrix

19 septembre 2007

Does it happen to you that you feel like most people live in an illusion, concentrating on material things, never really living true emotions or talking about real stuff; never asking themselves questions about the world, their Self or taking hold of their spiritual environment ?

I feel like I live in the Matrix, surrounded by people who live like this. And I feel like everything is an illusion and will not last for ever. The sun is shining now. But it may not be shining tomorrow.

I know that we are conceived a blank slate, fresh and pure, full of possibilities. When we are born we are already on a journey influenced by what happened while we were growing inside the womb and we already have the possibility to become good or evil. I can’t just be bubbly. I sense and see and feel what surrounds me. I can’t be in denial thinking nothing is ever going to happen to me, I know what is out there. There is a Power greater than us but there is not just A Power there is more.

Denying this is what gets me in trouble with myself and denying what I feel in general is what gets me in trouble with myself and others. Usually I just shut up. I won’t anymore.

Le Changement

1er février 2008

This week I had three dreams to talk about with my therapist. She said that everything was about change. I guess that’s why I feel anger towards people I know. They won’t change ! They can’t « evolve » and I am very impatient with them. In my mind, if I can, everyone can !

This is a list of things that changed in the last two years :

  • Finished my meds ! Wouhou. Not « sick » anymore.
  • Stopped talking to My Sister.
  • I avoid people who make me sad or mad by their behavior towards me.
  • I don’t accept my mom’s drinking problem as an illness (alcoholism is NOT an illness) and I don’t accept her behavior towards me when she drinks.
  • After two years of not going to the gym because of my ankle, I started going again and have been trying different classes, different instructors. Some people thought I would stop soon enough but I have been going every week since my subscription to the Y.
  • I can now sit at the table for breakfast.
  • I don’t need TV or music to fill the air at home. I can sit in silence or read without those sounds.
  • I threw my TV in the garbage and stopped reading the newspaper because it made me feel down.
  • I know what qualities I value in a person, I know what attracts me towards someone and I know what attracts them to me.
  • I wash the dishes every day.
  • I take care of live creatures : A new cat has entered my life and I water and take care of my plants every week.
  • I call the super if something’s wrong in the apartment. No more not bothering with it.
  • I go to the therapist every week.
  • I stopped volunteering for a cause I didn’t really care about and started doing it where it matters, where I know that what I do makes a difference.
  • I organize my apartment.
  • I have limits and I tell people when they push them.
  • It is easier to be myself, to aknowledge my feelings.
  • I care less about what people think.
  • I let go of people that are unecessary to me in the sense that the relation is not nurturing for both of us. I am looking for more mature people, people with more life experience, more articulate with lots of interests, with passion.
  • I cook regularly and try new things.
  • I try out new restaurants instead of going to the same all the time.
  • I spend less. Less impulse buying. I take my time to decide if I need it or it’s just a thing I want.
  • When I buy clothes, I give some clothes away.
  • I stopped automaticaly buying books I wanted and I sold many of the books I had and didn’t read anymore. I realized that books are not a security blanket, they do not define who I am.
  • I don’t get attached to people I don’t know well. And I try to trust my judgement. Some people are worth my time and some are not and when I don’t get attached, when I take my time to know them I am not disappointed by them because I find out that the person is « for » me.
  • I read about nutrition to get my facts straight and be able to eat right, eat things that have more nutritional value. I fasted last year and have gone 40 days without chips and chocolate. At ALL. It was quite a challenge but I found out that I was eating those foods like a zombie to compensate feeling angry or stressed.
  • I started painting again last weekend for the first time in two years.
  • I have tried a new haircut.
  • I still don’t like to be « examined » but I can appreciate the looks men throw my way. Since I gained weight men look at me more. Well, there is the haircut…and the cleavage.
  • I don’t wish for invisibility as much. I started wearing colors again. Red, pink, purple, green…instead of just grey, black, white and brown.
  • I look at men now.
  • I don’t have to call someone every night. When I’m lonely I go at the café or just walk around.
  • I write regularly.
  • I still don’t know what I want to study because I am interested in everything but I’m getting there narrowing programs.
  • I open up a bit more.
  • I started going at the osteopath because I want to fix what hurts and feel better in my body.
  • I go grocery shopping almost every week. I try to stay within budget (40-60$ a week which is enough food for me).
  • I don’t buy store cookies. If I crave cookies really badly I have to bake some. So I just give up most of the time.
  • I know what I’m worth !

9 février 2008 : Je pète le feu !

This week I went to the YMCA four times : step, muscle toning, yoga and pilates. My goal of trying a new class is once again attained with trying pilates at the Y.

My Valentine’s Day night is planned. I’m going to a fancy restaurant with my little sister and her boyfriend and maybe some of her friends. It’s going to be expensive and I’m excited about it. I haven’t been in a trendy restaurant, expensive and that good also, since I was with my ex-fiancé. Anyway, I don’t drink so it will be less expensive !

I bought a new top to wear on that night and it’s not what I usually wear. Sexyyyy and black, attracting attention to my breasts…I spent hours shopping for new clothes and didn’t find anything else ! I’m bigger than medium and smaller than large, tops are not long enough or too long, pants are too small or too large, the waist isn’t high enough for my comfort. Sports bra are not comfortable or don’t have enough support.

I’m also on fire in the kitchen…I almost burned my best saucepan trying to do what is most likely a recipe I am not going to do again. A Kraft recipe. I wanted to try something from that magazine I subscribed to and frankly, it tastes like carton. I had to add spices and cheese. The bottom of the saucepan was black, and smelled like fire. It took hours to clean up (rinsing, adding water and soda, then soda and lemon, then soapy water and cleaning with an SOS pad). When I finally got it clean and shiny, I decided to make tapioca and emptied the whole box to find out after I had added milk and an egg that I only needed 3 tablespoons…

I haven’t been that prone to accidents since last spring when I started to slowly lowering my meds or a couple of years before when my boyfriend, The Troll, went away on vacation.

My food intake is modified. I stopped adding hot chocolate mix in my coffee, I haven’t eaten a chocolate bar since the start of February, haven’t eaten any chips since January. I ate a wonderfully greasy hamburger and fries last weekend which I hadn’t done since January. I eat the most incredible breakfasts : eggs and toast or banana pancakes with nuts.

Friday, I finally smiled and talked to a stranger on the way to the metro. An insanely cute guy who asked me if that sushi place was any good (the place where I had just bought my sushi is in the tunnel leading to the metro). This is something else to cross off my list.

I smiled to the Cynical One on the street without fumbling over my feet or saying anything and didn’t mope about it for hours. Not even minutes.

The therapist says I seem to be more okay about transitions. Finally ! Progress !! I feel great without my meds. And the migraines are mostly gone, my neck and shoulders don’t ache anymore. Yippee !!

Où j'en suis rendue

Je transfère mes blogs et je me rends compte à quel point j’ai changé. Dans ma dernière sénace avec N. elle m’a dit que je n’étais plus la même personne. C’est vrai. Chaque année a apporté ses surprises, ses révélations, le moteur de mon évolution.

J’ai encore de la misère à m’attacher mais, éventuellement, je me suis dit que je devais prendre des risques. Je suis donc en couple depuis un an, nous habitons ensemble depuis 2 mois.

En amitié, j’ai de la misère à accepter la personne. En fait, j’ai de la misère avec moi. En bonne bipolaire qui se respecte, c’est tout un ou tout l’autre. Je suis tiraillée entre deux pôles. En même temps, la personne me fait capoter, je ne la comprends pas, j’ai le goût de lui sonner les cloches; mais je la trouve aussi très rigolote, je comprends tout à fait son fonctionnement et j’adore ses différences.

Je suis plus détachée au travail. L’été passé où j’ai subi un stress intense à cause d’un collègue qui a arrêté ses médicaments m’a appris à me détacher des gens, du travail. Je prends les choses moins personnel. Les gens sont comme ils sont. J’aurais voulu être mieux intégrée aux gens de ma nouvelle équipe mais j’ai laissé faire. Je me dis que ça viendra bien. Après tou, ça fais une vingtaine d’années qu’ils se connaissent, qu’ils travaillent ensemble. Moi, je suis nouvelle, je fais une job différente, je suis jeune, sans enfants, bilingue. Bref, la différence fait peur.

Puis, j’apprends à laisser aller un peu à la maison. C’est dur de laisser faire l’autre. Mon chum fait les choses différemment de moi, pas aussi vite. Je lui dis quand je veux qu’il fasse quelque chose. Je lui demande. Mais, j’avoue que des fois, je ne peux pas m’empêcher de pointer ce qui ne va pas. Mais, quand ma crise de nesting arrive (chaque mois), je me défonce et je fais tout ce que j’ai le goût de faire que ça soit ses tâches ou les miennes.

En famille, j’avoue que je me trouble. Je suis fâchée après ma mère. Je lui en veux. Je vois donc moins ma famille. Je ne les appelle pas. Grâce à Facebook, eux non plus ne m’appellet pas ! Ils ont plus de nouvelles comme ça que quand on se jase au téléphone.

Je pense que ça va bien même si la fin de ma thérapie m’a affectée. C’est comme une peine d’amour. Mais, j’ai appris que si je pleure, si je parle, ça sort de moi. Si je garde tout à l’intérieur, je virevolte de la colère à l’excitation etc.

Ce qui m’angoisse présentement, c’est le recommencement de mon autre thérapie en août. Cette thérapie-là me rend tellement ado que j’ai de la misère à m’endurer. Et vu qu’on ne se sera pas vues depuis deux mois et qu’on se sera vues très peu avant le mois de mai, tout sera à recommencer.

Mais, bon.

Ne pas avoir honte d'être bipolaire

Juillet 2007…

Je suis bipolaire.

Je n’ai pas honte d’être bipolaire. C’est une maladie. Point. Mais, des gens évitent les bipolaires à cause qu’il y en a qui ne se soignent pas. Je n’ai jamais joué avec mes médicaments. Je ne ferais pas ça aux gens qui m’entourent.

Je ne sais pas si je l’ai écrit. Troubles bipolaires c’est le nouveau mot pour maniaco-dépression. Bi-Deux, polaire, deux pôles. High, down. Pas vraiment d’état « normal » dans mon cas, dans le temps. Pour avoir plus d’informations, allez sur ce site : www.revivre.org.

J’ai essayé d’expliquer à un ami, la semaine passée, comment on en venait à flipper à ce point-là psychologiquement. J’ai floppé.

J’ai été diagnostiquée à 20 ans et j’étais tellement soulagée de savoir ce que j’avais. Je n’en pouvais plus d’enfiler des highs qui me faisait devenir enragée, ambitieuse, arrogante, agressive. Je travaillais 14 heures par jour, je pensais à mille à l’heure, j’avais toujours deux cent idées en même temps, je fonctionnais comme un ordi. J’avais une connexion privilégiée avec Dieu, j’étais sur terre pour sauver un autre ami à moi qui, je le sentais, voulait se suicider. Le pire c’est que j’avais raison et que mes comportements débiles le raccrochaient à sa vie pathétique. Je sortais avec des gars dangereux et je restais dans la relation quand même, je me mettais dans des situations dangereuses, je pensais que j’étais invisible, invincible aussi. Je sortais jusqu’aux petites heures du matin et je travaillais à six heures du matin. Je comprenais tout, tout de suite. J’avais des super bonnes notes à l’école. Mes émotions étaient tellement hors de contrôle que la plupart du temps, je ne sais pas comment je faisais pour emmagasiner l’information. Mon cerveau était déconnecté du reste de mon corps. Je faisais des flammèches, j’étais une tornade et j’entraînais les gens avec moi. Je n’avais aucun problème à me trouver des hommes et aucune envie de les garder; j’étais toujours dans le pétrin, incapable de me sauver de moi-même. C’était l’fun, mouvementé, dangereux, j’imagine.

Mais, quand ça retombait, ça allait mal en maudit. Je pouvais regarder le tapis pendant un bon bout de temps sans bouger. Je n’avais aucune énergie, je ne croyais plus en rien. Je n’allais plus à mes cours et je pleurais souvent, pour rien. J’étais tellement fatiguée, écoeurée de la vie, de MA vie. Le brouillard était encore plus épais dans le down que dans le high. Je dormais pendant les cours quand j’y allais. J’avais de la misère à travailler, à enclencher mes mouvements, à parler, à penser. Tout devenait un effort. J’avais tellement mal que c’était comme se noyer dans de l’odeur d’alcool : c’est fort, ça brûle, ça pogne en-dedans. Rien ne me raccrochait à cette maudite vie pourrie parce que, dans le fond, je savais que je ne vivais pas, je survivais et c’était encore pire quand je remontais la pente, je le sentais encore plus.

Pendant le high et le down, je voulais mourir. J’y pensais tout le temps, c’était une obsession. Je ne me sentais jamais bien. Mais, pendant que j’étais down, j’étais trop fatiguée pour faire quoique ce soit. Quand j’étais high, j’y pensais tout le temps. Je traversais la rue sans regarder. Quand je commençais à être médicamentée et qu’on me changeait de médicaments, j’accumulais les pilules au cas où je voudrais tout prendre d’un coup. Tout ce que je voyais me donnait des idées. Tout. Les pilules, les couteaux, les voitures, le métro, la corde, le troisième étage. Rien n’était assez garanti pour me tuer d’un coup alors je ne le faisais pas. Les pilules, quelqu’un pourrait arriver. Les couteaux, je pourrais me rater. Les voitures peuvent freiner, le métro n’est pas assez rapide, la corde peut fracturer sans faire mourir et on peut sauter sans perdre la vie.

Les autres disent qu’être dans un high c’est super trippant. Pour moi, c’est ce qu’il y a de pire. C’est le moment où je risque le plus de faire les pires conneries. J’ai sorti avec un violeur, j’ai fait du vol à l’étalage, j’ai écrit une lettre à la bibliothèque de la Ville pour leur dire que je pourrais faire la job tellement mieux qu’eux autres, j’ai lâché un bon chum qui m’aimait pour un trou de cul que je n’aimais pas et qui m’a trompée avec ma soeur…

Comment on en arrive là ?

À 20 ans, j’ai été diagnostiquée. J’étais persuadée que c’était biologique. Juste biologique. Bon, chez moi, dans ma famille, il y a des dépressifs, des alcooliques, des toxicomanes, des joueurs compulsifs. Mais, on n’a pas de maniaco-dépressifs avoués. Hm. Ben, en lisant, j’ai découvert que l’alcool et la drogue cachent souvent « autre chose ». La drogue, l’alcool et le jeu sont aussi des symptômes. Anyway, ils sont bien des choses.

Mais, j’étais sûre qu’il n’y avait rien de psychologique là-dedans. Je n’étais PAS fol-LE. Point.

Je n’étais pas assez consciente pour me rendre compte des dommages que ma famille avaient faits. Et les psychiatres ne m’avaient pas recommandé de voir un psychologue.

Mais, à 25 ans, premier boum, j’ai découvert en lisant que j’avais encore des high. Je lisais beaucoup sur ma maladie parce que j’étais en couple, on pensait à avoir des enfants. Je prenais du lithium à cette époque. Il semble que le lithium n’est pas si efficace pour ceux qui ont des états mixtes, rapides. C’était mon cas. Désir d’enfant, médicament inefficace, j’étais un cas plus lourd, j’ai donc dû changer de psychiatre, faire réévaluer ma maladie. Maniaco-dépression, état-limite, schizophrénie ? Phobie sociale ?

À ce moment, en été, dans un gros high, très près de la psychose, je « délirais » jusqu’à en devenir paranoïaque, pensant qu’une amie à moi, qui avait le même travail que moi, dans la même compagnie, complotait pour me voler ma job. Tout le monde m’en voulait, j’étais épuisée. Mais, une partie de moi savait que ce n’étais pas logique. Ça a fini par se calmer.

Je prenais du lithium, un antidépresseur, du synthroid plus un autre antidépresseur pour mes maux de tête et une autre pilule pour les migraines. J’étais sous tension. Est-ce si étonnant avec ce qu’on sait de ma famille ? C’est d’ailleurs cette année-là que j’ai su que Ma Sœur s’est fait agressée par mon père, ça faisait des années que je subissais des pressions sexuelles de la part de mon chum, je voulais être parfaite au travail et c’était un travail stressant, ma meilleure amie était bipolaire et cokée jusqu’aux oreilles…Je continuais à faire semblant que tout allait bien. Sincèrement, dans ma tête, tout allait bien, très bien ! Les dents serrées, les fesses serrées, les sourcils froncés, tout allait bien.

Puis, j’ai fini par avoir un rendez-vous chez un nouveau psychiatre, en automne. Nouvelle évaluation, nouveaux essais de médicaments et…dépression majeure. Tout a lâché. Je ne mangeais plus, je voulais toujours dormir, je continuais à travailler dans le brouillard mais j’avais juste envie de pleurer. Et là, quand on me demandait si ça allait, je répondais que non, là, ça allait pas du tout ! Je voulais juste me faire prendre, me faire flatter. Je me sentais petite, triste, seule.

En hiver, ça a été la révolte. Re-changement de médicaments. Mon chum et moi avons consulté une sexologue depuis le mois de septembre et c’est en décembre qu’il décide de rompre alors que j’ai le plus besoin de lui. J’ai maigri, je suis malade, je ne mange que de la soupe et des biscuits soda, la télé est ma seule amie. Je le supplie de me reprendre. Je l’accuse de saboter ma convalescence. On reprend. Puis, il me dit encore une fois : « Si tu ne veux pas faire l’amour, je casse. » Et là, je crie : « Ben casse d’abord! Casse ! Awoye! Chus tannée de tes menaces! Chus pus capable! »

Alors, l’année de mes 25 ans, l’an 2000, qui était l’année où j’étais supposé me marier, fonder une famille a été l’année où j’ai rompu, où j’ai réellement pété ma coche…puis a été l’année de ma réelle convalescence. J’ai arrêté d’avoir mal à la tête et d’avoir des migraines. Avec mes nouveaux médicaments et l’arrêt du lithium, j’ai cessé le synthroid, je n’ai plus de problèmes de thyroide. Je suis devenue d’humeur plus égale, à mon grand désarroi. Après tous les ups and downs, être égale me faisait un drôle d’effet. Je me sentais gelée, robotique. C’est bien utile quand les émotions font trop mal. Et les 10 livres par année que j’avais prises avec le lithium…elles fondaient. Je me sentais tout croche, je ne savais pas quoi faire avec mon corps.

Finies les prises de sang. Finies la dizaine de pilules par jour. Finie la peur de voir revenir le monstre qui se trouve en moi. Chaque fois que je vais chez le psychiatre, il me rappelle ce que je voulais, comment j’étais. Moi, je me rappelle ce que je ne lui disais pas en me disant que si je lui avais dit tout ce qui s’est passé, il m’aurait dit d’aller chez le psy plus vite ! On évalue mes états de fatigue, d’appétit, etc. Je lui dit des choses de ma vie. Il me suggère de sortir plus, de faire un effort pour rencontrer un homme et m’amuser. Puis, je retourne chez moi.

Ça fait sept ans que je prends ces médicaments-là. Ma vie a changé. Mais ce qui a fait le plus de différence c’est :

  • Mon engagement vis-à-vis de moi.
  • C’est réaliser à 25 ans que j’étais malade pour vrai, que ça ne s’en irait pas, que ça ne suffisait pas de prendre mes p’tites pilules. Réaliser que j’avais mes limites, plus de limites que les autres.
  • Rencontrer du monde comme moi chez Revivre et voir que, finalement, je ne suis pas seule.
  • Écouter mon docteur et faire de l’exercice toutes les semaines
  • Manger mieux
  • À 30 ans décider que, là, là, ça va faire, je m’en vais chez le psy, je n’en peux plus. C’est la meilleure chose que j’ai fait pour moi de ma vie.
  • Arrêter d’avoir peur de ma maladie.
  • Diminuer ma dose de médicaments pour ressentir mes émotions sur la recommandation de la psychologue avec l’accord du psychiatre bien sûr. À ne pas faire seul ou seule parce que « Je me sens bien », genre. C’est pas comme ça que ça marche.

Je suis fière de moi. J’aurais pu continuer à déconner, me cacher, faire semblant que tout va bien. M’enrouler dans ma cape de déni comme bien des gens que je connais. Mais j’ai choisi d’affronter mon trouble bipolaire et les conséquences de mes actes. J’ai choisi de me renseigner sur ce que j’ai, de me regarder en face.

Puis, malgré les émotions difficiles que la psychothérapie me fait vivre, ça me rapporte plus encore à la longue.

Ce qui est difficile c’est quand les gens me disent : »Hon, t’as pas l’air de ça! »

Ben oui, je suis supposé d’avoir l’air de quoi ? Légume ? On est pus dans les années 40, là. La majorité des gens prennent des Smarties et ça ne paraît même pas. Présentement, je suis tellement normale que je le suis plus que le restant de la famille !

Je dors, je mange, je fais de l’exercice, je ris, je pleure des fois, je travaille, j’ai des activités. La vie s’enchaîne. Il me reste juste à me créer un futur en plus d’avor un passé composé et je serai une Super-bipolaire.