Au quotidien, qu’est-ce qui m’énergise?

  • Le sourire de mon chum
  • Mon chat
  • Sentir le bébé bouger
  • Mon café du matin
  • Voir des rayons de soleil à travers les rideaux
  • Voir la neige tomber…ce qui est rarement arrivé à date.
  • Savoir que je vais sortir de la maison.
  • Voir mes amies.
  • Glee
  • Cuisiner
  • Préparer Noël
  • Préparer un petit voyage

Ce qui me draine mon énergie:

  • Les gens négatifs et chiâleux
  • Le bruit
  • Les critiques non nécessaires
  • Quand mon chum laisse passer deux semaines sans balayeuse.
  • Ne pas dormir…comme cette nuit. Même pas à cause du bébé !
  • La téléréalité
  • Le hockey et le football
  • Aller chez Costco
  • La douleur chronique et être malade
  • L’ENNUI

Sniffle

J’ai le rhume. C’est désagréable.

Demain, je suis supposée aller au Parc pour une journée d’activités sportives gratuites. J’espère que je vais me sentir mieux !

J’ai quand même été capable de:

  • magasiner pour des draps
  • faire une lasagne
  • cuire un rôti
  • écouter Valentine’s Day
  • écouter deux épisodes de Big Bang Theory

Email à H.

Je m’ennuie de mon ami. Pas de mon ex, de mon ami.

Pas de nouvelles, ta blonde m’aime toujours pas, t’es occupé avec la job, la maison, la blonde malade, les enfants…je sais tout ça. Si Facebook était pas là, je ne saurais même pas que ton gars se fait opérer les oreilles, que ta blonde a eu sa dernière chimio.

Mais, je m’ennuie de toi. Pas pour que tu viennes réparer des affaires chez nous. Juste parce que t’es un gars le fun. Je me sens en Sibérie. Je trouve ça encore plus dur depuis le party. Je sens que même l’amitié a pris le bord.

Ça faisait depuis le party que je trouvais ça rushant. J’ai même écrit dans mon blog et ça a fait passé le motton un peu. Mais, bon.

Je pense que les adultes doivent être capables de communiquer alors je te communique que osti que je suis tannée de pas te voir, osti que je suis tannée d’avoir l’impression que ça vaut même pas la peine de te garder comme ami Facebook. Tu es devenu juste une photo de profil et j’ai plus de nouvelles de tes amis…encore une fois grâce à Facebook. Je me sens en Sibérie, mais j’ai l’impression que tu es en Antarctique, loin, loin, loin. Des amis, des vrais, on en a pas des tonnes dans la vie. Toi, oui, t’as des tonnes d’amis qui sont toujours là pour toi, qui t’ont aidé quand J. est tombée malade. Moi, j’étais pas là, je ne savais même pas.

En tout cas.

Je fais juste penser à quand on mangeait de la pizza en regardant des anime à l’Université de Montréal. Quand tu buvais un cidre chez Second Cup. Quand on allait chez Rockaberry. Quand on agissait comme des mongols quand on se voyait.

Mon email manque de poésie et de sens littéraire. Mais, à matin, fallait que ça sorte.

xx

J’attends

J’ai vécu 86 ans à date. Sûrement que la mort s’en vient bientôt. Je ne suis pas ben ben malade. Mais à mon âge, on attends. Que voulez-vous que je fasse d’autre ? Mes meilleures années sont derrière moi.

Ma mère est morte dans son lit à 100 ans, presque 101. Dans son lit, pas à l’hôpital. Elle avait vécu une longue vie, ben remplie. Moi, je ne veux pas vivre vieille de même !

Moi, j’ai 15 ans de moins qu’elle et je suis prête à la finir ma vie. 5 enfants, 5 petits-enfants seulement, 1 arrière-petit-fils. Mon mari est mort ça fait plusieurs années. Je m’ennuie un peu mais ça fait du bien de pas m’occuper de lui. Je sais pas si je peux dire que j’ai perdu un de mes enfants. Mon plus jeune. Je l’ai perdu avant de le perdre…je ne sais pas ce qu’il avait mais il avait l’air malade. Mondoux que mon coeur a pleuré pour c’t’enfant-là. Il nous en a fait voir de toutes les couleurs. Il a disparu il y a au moins 20 ans et je n’ai jamais su ce qui lui était arrivé. Mon mari et moi, on a été chercher ses affaires à son petit appartement. Ça faisait pitié. On savait pas qu’il vivait comme ça. On a plus eu de nouvelles. Quand mon mari est décédé et qu’il a fallu que je vende ma maison, il a fallu que je me débarrasse des affaires qu’il avait laissé chez nous. J’ai tellement pleuré. Tout à coup qu’il me cherche ? Il sait pas que son père est mort, on a pas été capable de le retrouver pour lui dire. Tout à coup qu’il revient ? Il saura pas ce qui s’est passé. On arrête pas d’être une mère même à 70 ans…même à 86 ans.

Je passe ma journée à regarder l’écran de télévision et à voir qui rentre et qui sort de la maison de retraite. C’est pas vraiment une maison de retraite mais une tour de p’tits vieux autonomes. On a des appartements et de l’entertainment. C’est fou mais j’ai toujours l’impression que je vais voir mon garçon, mon plus jeune, rentrer et venir me dire salut. Ça fais 7 ans que je check et c’est pas encore arrivé.

Ah, ben, j’ai mes autres enfants au moins. Je suis bien inquiète pour eux autres. Des célibataires pour la plupart. Ma fille aînée s’est divorcé, mon autre fille s’est jamais mariée, mes deux autres gars se sont divorcés aussi. je sais pas ce que j’ai fait pour que mes enfants tiennent pas leur bout de même alors qu’ils ont des enfants. Même qu’un de mes gars a eu un enfant de l’amour dans les années 60. On l’a su 20 ans plus tard ! Même mon gars le savait pas. On aurait ben voulu que le p’tit fasse partie de la famille mais, lui, il voulait pas. Il pensait qu’on avait de l’argent. Quand il a su qu’on n’avait pas, on l’a plus revu. Ça m’a fait ben de la peine.

J’ai vécu mais, là, j’ai pus le goût. Je suis trop vieille pour apprendre des affaires internet. Mes yeux ne voient plus assez pour lire ou regarder la télé. Je suis pas ben ben sociable alors les bingos, soirées dansantes et spectacles…bof. Je me considère assez belle femme encore. Un peu arrondie mais je suis grande et j’ai une des plus belles têtes blanches de la tour des Deux-Rives. Je pourrais même dire de toutes les tours, phases 1-2-3-4. Mais ça serait vanité. Je suis pas mal fière de mes cheveux. Et je m’arrange quand je sors. Parlez-moi pas des leggings avec une grosse chemise ! Je porte du beau linge. Je porte du rouge à lèvres et je sors pas sans parfum. Mais, quand je sors, j’ai donc hâte de retourner mettre ma jaquette de maison et mes pantoufles.

Dans le temps, je faisais de l’artisanat et le monde venait de loin pour m’en acheter mais j’en fais pus. Mes yeux sont plus assez bons. J’aimais cuisiner aussi mais, pour une personne, c’est platte. Ça, c’était un avantage d’être mariée. Mon mari, il aimait mon manger. Ça me fais honte de plus cuisiner. C’était une de mes fiertés, avant. J’aimais donc ça recevoir mes petits-enfants avec la soupe que je faisais dans leur enfance ou mes meilleurs biscuits au sucre. Là, je suis trop essouflée. Tout est forçant. Je commande du Saint-Hubert, à la place. J’aime donc ça, le Saint-Hubert. J’aime beaucoup aller au restaurant. Mais, avec la grippe, je ne sors plus. Mes poumons me donnent déjà assez de trouble de même.

Dans mon temps, les filles faisaient pas d’exercice comme maintenant. Si j’en avais fait, peut-être que je serais pas maganée de même. Si j’étais jeune aujourd’hui, j’en ferais des exercices ! Je sortirais. Je ferais de l’internet comme ça je pourrais communiquer avec ma famille.

Si j’étais plus jeune, mon amie Claire serait pas morte non plus. Je m’ennuie donc de Claire. Ah c’est pas drôle. Je vois plein de monde mourir. Le pire, c’est de pus avoir de famille, mes frères, mes soeurs. J’ose pus me faire d’amis, je sais jamais quand ils vont mourir.

Moi aussi j’attends. Toute seule, sur le bord de la fenêtre, à me bercer.

Je vis dans The Matrix

19 septembre 2007

Does it happen to you that you feel like most people live in an illusion, concentrating on material things, never really living true emotions or talking about real stuff; never asking themselves questions about the world, their Self or taking hold of their spiritual environment ?

I feel like I live in the Matrix, surrounded by people who live like this. And I feel like everything is an illusion and will not last for ever. The sun is shining now. But it may not be shining tomorrow.

I know that we are conceived a blank slate, fresh and pure, full of possibilities. When we are born we are already on a journey influenced by what happened while we were growing inside the womb and we already have the possibility to become good or evil. I can’t just be bubbly. I sense and see and feel what surrounds me. I can’t be in denial thinking nothing is ever going to happen to me, I know what is out there. There is a Power greater than us but there is not just A Power there is more.

Denying this is what gets me in trouble with myself and denying what I feel in general is what gets me in trouble with myself and others. Usually I just shut up. I won’t anymore.

Mike

The Photographer is on Facebook. My age, dark hair and dark eyes, yummy to look at and quite a chaser…I remember having danced with him in a way that still makes my heart beat faster. As usual he contacted me first…we didn’t become FB friends.

We had met on Lavalife. I was « somewhat » single, going out with C. but not steady and serious. I was bored and thought that the web site would take my mind off of the situation : the guy was afraid of me, didn’t want to committ, I felt lonely and cold.

It was summer and I agreed to meet the Photographer on the Mont-Royal mountain. We talked and watched the people. I was taking my time as usual, didn’t want to rush into anything. But eventually he kissed me and it was good but not earth-shattering.

Well, I felt a bit guilty. But hey, when I’m a serious committment I don’t meet strangers ! If the Artist wanted me to be faithful, he should act like what we were living together was important to him.

We walked back to the metro station and he asked me to be his model. I said yes but when he showed me the pictures he had already taken, I felt like it would be a mistake. I have been photographed nude a couple of times but in the digital era it made me think a lot more about it. So I said no. He kept asking me again and again and I said no.

Since I would leave the Artist only for something serious and he didn’t want that with anyone at the moment having broken up with a girl not so long ago; and I wasn’t interested in being photographed naked, we parted ways.

He called me a bit more than a year later to ask me again. I said no. He said he would call me back and never did. I didn’t mind.

And this week he contacted me on Facebook. HE asked me to go for a drink and I said yes. Then HE said he was quite busy for the next few WEEKS. I bet you I won’t hear from him again…as usual. He is a fun guy, charming and sooo sexy.

But I’m not the kind of girl to wait by my phone or Facebook for a guy.

Good thing I didn’t wait, good thing I didn’t bet with someone. I would’ve become a millionaire.

Je ne parle pas beaucoup

I thought my Ex-Fiancé didn’t talk enough. I used to complain that he said nothing while I would talk and talk and talk.

Looking back, I see that I talked only about work. I still think he didn’t say enough and I don’t care about Mars, Venus, men and their cavern. So, I talked a lot…just about work. I wouldn’t open up about what I was going through at work, about being abused often since childhood, about my feelings. I just couldn’t.

And now, January 2008, I can talk and I still don’t do it. I have nothing to say. Work is irrelevant. I have nothing to say about my family or pretty much anything else. I write everything here, I go to see the therapist where I talk about everything (in the hopes I get fixed and can move on with life). But when I see my friends and the special colleague, I have next to nothing to talk about. I don’t even want to talk about my migraines because it would be complaining; talking about weight issues is ridiculous (I weigh at least 40 pounds less than my friends, it’s just that I’ gaining weght and it freaks me out); no one cares what I read about or what I watch on DVD since they don’t read or read other stuff or they don’t watch what I watch because they are not bilingual.

Then I wonder why I’m bored or realize I haven’t said a word during break time. Yes, bored. The conversations I have with people bore me. That is why the therapist suggested I made other friends that are more challenging or simply at my level. It’s hard to find.

Maybe that my lack of « talking power » makes people think I am a bore. That I’m stupid. No, it can’t be because I often express opinions at lunch time and they are far from stupid. But I do tend to be at their level so I talk about rumours (Britney always popular), work (to complain even if I don’t have to), food (because people know I cook).

Just thinking about the things that I talk about daily bores me. I better not talk and just shut up instead of saying boring, sad, stupid things.