Et ça continue

Mercredi, je suis allée chez le docteur qui m’a prolongée de deux semaines. Vu que la neuronite vestibulaire dure jusqu’à six semaines, je me dis que je vais être à la moitié à la fin de mon arrêt de travail et peut-être que je vais être presque guérie. Même si le doc a dit qu’il fallait m’attendre à avoir des séquelles jusqu’en janvier.

Je ne peux quand même pas être arrêtée jusqu’en janvier ! Mon congé de maternité commence en janvier !

Mon méga rhume continue aussi allégrement. Je tousse et je tousse. Mon chum voulait que je demande au pharmacien si je peux prendre quelque chose, mais ça a l’air que non. Les docteurs recommandent DM, mais le pharmacien ne le recommande pas. Le sirop Lambert, lui, a un ingrédient non recommandé. Faque. Je continue avec le miel.

Au moins, hier, j’ai eu la visite d’une amie. Ça a fait du bien.

Et ce matin, j’ai été marcher avec mon chum pour aller acheter la peinture pour la chambre du bébé. J’ai été au Jean Coutu et mon chum a été acheter du sirop de maïs pour que je puisse faire des recettes. J’ai une tonne de céréales à passer et mes recettes sans four prennent toutes du sirop de maïs.

Une chance que mon chum a trouvé ça cruel de me laisser à la maison pendant qu’il allait chercher la peinture avec le parrain. Moi, je braillais parce que j’avais compris qu’il allait me laisser ici. Mais, nooooon, je suis allée avec lui. Il comprend que c’est difficile pour moi de rester à la maison sans rien faire, écrire et lire me donnent mal à la tête, je ne peux pas faire d’exercice, je ne peux pas sortir toute seule. Il fait soleil, j’ai besoin d’une p’tite marche pour sentir que je suis encore vivante.

Il a fallu que j’annule tous mes rendez-vous…je ne peux pas aller chez le dentiste faire changer mes élastiques de broches parce que c’est super loin et que je dois être penchée par en-arrière. Tout ce qui nécessite le métro et l’autobus est annulé, ça me donne mal à la tête  et au coeur. Sauf le docteur, bien sûr.

Sûrement que ça va mieux aller bientôt. Le rhume va bien finir par passer et la neuronite aussi. Si ce n’est pas mieux le 14, le docteur va me référer à un ORL.

Publicités

Bonnes raisons d’avoir des enfants

Hier soir, à 21h, alors que j’étais au lit avec mon livre…ma soeur m’a appelée. Première réaction : qu’est-ce qui se passe ?! Ça y est quelqu’un est mort, elle se sépare, son fils est à l’hôpital…

Même pas. Elle m’appelait pour m’offrir ses affaires de bébé et pour parler, parler, parler. Pas pour écouter. Dynamique familiale : je te pose des questions, mais je ne t’écoute pas. Je te parle mais ne réponds parce que si tu parles, je vais faire comme si je ne t’entendais pas.

Hier, j’ai reçu ma première carte de bébé de ma tante avec une carte-cadeau pour Wal Mart. 🙂

Puis, Ma Soeur m’a appelée. C’était un mélange de :

  • C’est tellement difficile, des fois je regrette d’avoir eu un enfant.
  • Je suis tannée de la confrontation.
  • Ça prend un siège qui vibre.
  • Je ne sais plus qui je suis.
  • J’ai besoin de me retrouver, je ne suis pas juste une mère.
  • C’est tellement difficile.
  • Tu vas être meilleure que moi. Je ne crois pas aux livres de psycho mais ça marche pour mes amies. Moi, je l’ai trop laissé aller.
  • Je vais retourner voir ma psy.
  • Tu vas voir, c’est difficile.
  • Je veux pas te dire que tu comprends pas parce que t’as pas d’enfants.
  • Je suis tellement contente pour vous autres. Ça paraissait pas parce que j’étais trop pognée dans mes affaires.
  • Etc.

Bref, conversation à sens unique.

J’ai accepté les affaires de bébé. Elle n’en veut pas de 2e alors je peux faire ce que je veux avec après les avoir utilisées. Ça ne me dérange pas d’avoir des affaires de gars, un bébé n’a pas de préférence and I’m not made of money. On sait pas, peut-être que je vais avoir un gars anyway.

Ce qui est drôle c’est que je pense aux avantages d’avoir des enfants depuis quelques jours :

  1. Pouvoir aller à la piscine quand elle est réservée aux enfants.
  2. Pouvoir utiliser les pataugeoires.
  3. Aller aux heures de conte de la bibliothèque.
  4. Se faire des amies qui ont aussi des enfants.
  5. Tester sa volonté, sa fermeté.
  6. Avoir une excuse pour faire des sandwichs en face de singe.
  7. Avoir plein de cadeaux.
  8. Des p’tites cuisses à croquer.
  9. Organiser une fête d’enfants complètement crackpot avec la nappe, les napkins, les banderoles, etc.
  10. Danser comme des malades sur des tounes pour enfants.
  11. Chanter les chansons de Passe-Partout.
  12. Partager ses valeurs et ses croyances.
  13. Montrer à dessiner.
  14. Cuisiner ensemble.
  15. Pouvoir aller se balancer, glisser et courir au parc.
  16. S’émerveiller de tout ce qu’on voit.
  17. Avoir quelqu’un de petit à rassurer.
  18. Raconter des histoires.
  19. Répondre à tous les pourquois.
  20. Maudite bonne excuse pour acheter plein de livres pour enfants.
  21. Enfin quelqu’un sur qui tester les recettes de bébé.
  22. Jouer dans la bouette.
  23. Et plein d’autres…

Ma Soeur m’a juste dit que c’est difficile. Mais, c’est pas juste ça un enfant. C’est une maudite bonne excuse pour retrouver son enfant intérieur.

Lundi reconnaissant

Wow, je ne sais pas de quoi être reconnaissante cette semaine.

  1. Les romans de James Patterson
  2. Les grains de pomegrenate enrobés de chocolat
  3. Le parfum des jacinthes
  4. Je suis reconnaissante à J-L de m’avoir fait prendre du sirop, de m’avoir laissée dormir, de m’avoir fait un déjeuner de cabane à sucre.
  5. Swiffer dust & shine
  6. Du soleil et une belle température pendant deux jours !
  7. Les biscuits au gingembre de President’s Choise, impressionnants.
  8. Without a Trace
  9. Les lingettes nettoyantes
  10. Mes géraniums ont passé un hiver incroyable. Je n’ai jamais réussi à les faire grossir durant l’hiver jusqu’à maintenant.
  11. Along for the Ride de Sarah Dessen pour « Grab the world by the disco balls » et « Get back on that bike ».

Et vous ? De quoi êtes-vous reconnaissant, reconnaissante ?

No Insomnia

I just realized that something is different this semester. I was asking myself what is so different that I don’t do my homework the same way I did a few months back.

Lack of motivation ? Studies lost their luster ? Nope. I had insomnia last Fall which meant I was up doing homework at all hours.

What am I going to do now ? I’m going to get up early on weekends too and do my homework when it’s still dark and my boyfriend is sleeping. And I guess Java U is going to receive my visit more often or a few cafes near my place.

10 chansons préférées

Oh…je sais, je sais, celle-là…Okay attends…Euh…Me semble que je l’aimais celle-là ?…Oh boy, qu’est-ce que ça va dire de moi…ah oui, celle-là…Bref, ça doit faire 20 minutes que je regarde ce que j’ai sur itunes. Okay, là, ça fait une heure…

Bon, j’ai 28 chansons que j’aime vraiment beaucoup. Je vais tricher et en metter 10 sur mon autre blog, héhé.

Voyons voir…J’ai pas le choix, ça me prend une liste de chansons anglos et une liste de chansons francos.

Je dois dire que je suis étonnée de voir que la plupart des chansons ont rapport avec mes ex ou avec mon enfance.

  1. If I Were Your Woman / Gladys Knight and the Pips : Quand j’ai découvert cette toune-là, je la chantais plusieurs fois de suite par jour, à tue-tête, bien sûr. C’était pendant ma période de célibat et des chasteté, je pense.
  2. Dreams / Fleetwood Mac : Cette chanson-là a marqué ma vingtaine. Je me rappelle la première fois où je l’ai entendue. C’était dans la chambre d’un de mes colocs. On était une gang à écouter de la musique pendant qu’ils fumaient. M.T. était là et cette chanson-là va toujours me faire penser à lui. Quand je l’écoute, j’ai l’impression qu’il pleut. La chanson a été reprise par The Corrs sur un disque hommage à Fleetwood Mac, Legacy.
  3. Like it or not / Madonna : C’est la chanson de mon indépendance et de mes phases Fuck You. J’adore cette chanson-là parce que ça met des mots sur ce que je pense : Je suis qui je suis, that’s it.
  4. Sarasa / Susheela Raman : C’est la chanson qui a fait que je me suis mise à écouter les disques de Putumayo et la musique internationale.
  5. If You Were a Carpenter / Dolly Parton & Joe Nichols : J’ai plusieurs versions de cette chanson, mais celle-ci est celle que je préfère parce qu’elle est enjouée. Quand j’étais petite, Ma Soeur et moi étions fascinées par Dolly Parton…je vous laisse deviner pourquoi. C’est une version country et ça doit me venir de mon père qui trippe country.
  6. One / Johnny Cash : J’avais demandé à Y. de me faire des CD et j’ai écouté ces cd-là à répétition et je trouvais des messages cachés partout. J’aurais donc aimé que Y. m’ait choisi ces chansons-là pour m’envoyer un message pour vrai…Quand je veux penser à lui, j’écoute ses CD. J’étais surprise de trouver cette chanson-là dans ses compilations…punk. J’avais aimé la version de U2, mais celle de Johnny Cash est émouvante à cause de sa voix. Frissons.
  7. Way Back into Love / Hugh Grant and Drew Barrymore : Oui, je suis quétaine. Mais, bon, j’aime les comédies romantiques et j’aime Drew Barrymore et pendant ma période de célibat, le soundtrack de Music and Lyrics m’a donné de l’espoir et de la joie.
  8. Anyone at all / Carol King : Encore une chanson de trame sonore. Je trippe sur Meg Ryan et j’ai écouté You’ve Got Mail mille fois. C’est la chanson de la fin du film et elle me faisait pleurer chaque fois. Je m’en fous de déjà savoir la fin. C’est comme si la fin pouvait changer, on sait jamais. Alors quand la toune jouait et que je voyais arriver Tom Hanks avec son chien…je braillais. Et je pensais à mes ex que j’aurais aimé aimer plus longtemps. Pis ça me donne l’impression d’être dans The Sound of Music. Allez savoir.
  9. It Wouldn’t Have Made Any Difference / Todd Rundgren : Ah cette chanson-là je l’associe aux ruptures, ça me rend triste. Je l’ai découverte dans le film Almost Famous, un de mes films préférés. Et son autre chanson qui me rend triste je l’associe à l’amitié entre hommes et femmes. J’ai découvert Can we still be friends ? par le film Vanilla Sky.
  10. Slingshots / Morley : Celle-là vient de la trame sonore de Felicity, la série télé. J’avais une période de déprime et Felicity m’amenait dans cet état-là, le genre de funk où je descendais quand je pensais à mes ex. C’était dans la vingtaine et j’étais encore plus nostalgique que maintenant.
  1. Toutes les chances / Mara Tremblay : Au travail, j’écoutais souvent Espace Musique et j’ai découvert Mara tremblay comme ça. Eh bien, cette chanson, me fait penser à mon chum. Amourrrr. Je passe mon temps à penser à toi…J’ai toutes les chances d’échapper mon coeur.
  2. Les oreillons / Tricot Machine : C’est une amie qui m’a fait écouter ça pendant qu’on passait du temps à son chalet et il a fallu que je me retienne de pleurer quand j’ai écouté cette chanson-là. Je pensais à C. mais, je ne suis jamais passée proche de lui dire…mais, j’ai pensé à Y., à M., à ma solitude. Ça fait cent fois que je me rends pas à ton oreille…cent fois que j’t’le dis pas…Grosse émotions.
  3. Fais-moi une place / Julien Clerc : J’ai fait mon spectacle de ballet sur cette chanson quand j’avais six ou sept ans. Mais, c’est le Troll qui est venu me chercher dans les trippes avec ça. C’était tellement pathétique et triste que j’ai craqué. Je pense que c’est la seule fois où il a été honnête et vulnérable avec moi.
  4. Je suis venue te dire que je m’en vais / Carmen Consoli : La soeur de H. est revenue d’Italie avec le CD de carmen Consoli dans ses valises. Je comprends rien à l’Italien mais cette chanson en français a frappé juste. Pour la salope en moi qui a cassé avec bien des hommes sans me retourner…hum. A aussi été chantée par Jane Birkin ainsi que  par Jo Lemaire.
  5. Je m’appelle Solitude / Romane Serda : J’étais curieuse d’entendre le CD de la blonde de Renaud et j’ai été enchantée. Et toute pognée. Aime-moi, aime-moi comme si tu m’avais inventée…Je pensais à l’homme que je voulais rencontrer quand j’écoutais ça.
  6. Montréal / Ariane Moffatt : Encore le Troll. J’avais le coeur qui volait dans ma poitrine quand j’écoutais la chanson qui me faisait vivre l’espoir pendant qu’il était en voyage. Elle est restée une chanson que j’aime parce qu’elle est joyeuse. J’ai des visions d’aéroports ensoleillés.
  7. Saskatchewan / Trois Accords : Okay c’est niaiseux les chansons des Trois Accords, mais je ne peux pas résister à celle-ci. Pathétique, évocatrice, triste. Bouhou.
  8. Et si tu n’existais pas / Doba Caracol : La version est encore mieux que celle de Joe Dassin. Une chanson qui me fait penser à J. D. La chanson des peines d’amour, du romantisme.

Je ne sais plus quoi choisir.

Juillet 1986 : J’ai enfin appris à nager

My little sister was two years-old and wore swim aids and so did I at twelve years-old. I was embarrassed but I was so scared of water…Of course the Duchess already knew how to swim and dive, she even took classes. Ungh.

Sometimes I wonder if I had autism or something, I learned everything way later than other kids. Skating, biking, swimming, reading, writing, counting…One day it just started to unblock and slowly but regularly something would start to pop into place. It was a one shot deal. One day I wouldn’t be able to and the next I could.

So, back to swimming.

It was hot. We didn’t have a swimming pool but we could go to Estelle’s. Everyone had been trying to show me how to swim for years. Nada. There was maybe a billion kids in the pool and I was there with my blue one piece-suit, my swim aids and a lightly panicked expression on the side of the pool. I was gripping the side while the kids were jumping, swimming, doing the mermaid and all those neat things they can do.

As usual, I did my thing while no one looked. I took one swim aid off. I just did a couple of strokes doggie-style. Wasn’t too bad. Checked around that noone was looking. Took the other off and gulped a couple of gallons of water, couldn’t find the bottom, panicked a bit, didn’t say a word, looked around, okay. Tried the doggie again. My feet didn’t really lift but they didn’t touch the bottom either so it counted. So I swam around the pool until someone noticed and di a big fuss.

I blushed, almost cried, but was proud of myself. Estelle who was checking everyone from the patio had already called my maman.

Mom came at Estelle’s to watch me swim a bit. She told me she had said to everyone not to bother me, leave me alone and stop teasing me, I would do it when I was ready. She was very proud of me.

I’m still afraid of the water but not pools. I could faint watching a lake or walking on ice. But I know how to swiiimmm !!!