Lundi reconnaissant

Ben coudonc, j’étais due pour venir faire un tour !

  1. Il fait soleil…
  2. C’est l’automne !
  3. Ça se passe bien à la garderie avec tit prout.
  4. Vive les siestes !
  5. Vive le sirop contre le rhume…
  6. Les papiers mouchoirs 3 plis.
  7. Ma mère a fini ses traitements de radiothérapie.
  8. Trouver des « productions de la veille » dans le congélateur, yes.
  9. Darth Vader and Son
  10. Le bienvenu coma qui caractérise mon sommeil entre 4h du matin et 6h30.

Grosse journée demain

Ce soir, on mange des sushis pour fêter la fin de notre attente de 42 semaines. Les sacs sont prêts, les accessoires de la pompe Symphony louée tantôt sont stérilisées, le stérilisateur est en train de sécher, ma dernière brassée est en train de sécher, mon bain et mes éviers sont lavés. Ma robe de chambre est propre. Je voulais stimuler mes seins pour faire partir les contractions, mais, je viens de lire que ça provoque des contractions très longues, que les contractions s’en vont…bref, c’est pas garanti. Pis je suis moumoune finalement.

Demain matin, à 7h, on va être à l’hôpital. On se lève à 5h. Je pense que je veux manger des grilled cheeses au bacon. Je veux un bon café. J’ai des muffins en train de dégeler, on va amener des oranges. On a des bouteilles d’eau. J’ai 3 millions de revues et mon Mieux Vivre. J’ai plein de noix et de fruits séchés.

Demain matin, à10h-10h30, ma mère voit son oncologue. Elle va savoir quand elle commence sa chimio et tous les détails qui vont avec. Mon niveau de stress est pas mal haut depuis qu’elle m’a dit ça. Mais, elle va penser à moi…et moi à elle.

Demain, c’est le fête de mon beau-frère. Yé !

La fin d’une amitié

J’ai commencé à écrire ça le lendemain du party chez H. C’est demeuré un brouillon jusqu’à maintenant.

En fin de semaine, il y avait un party pour H. qui a eu 35 ans ce mois-ci. C’était chez lui, dans une autre ville, dans sa maison, dans sa cave. Là où il habite avec sa fiancée et ses deux enfants. En banlieue.

J’avais reçu une invitation et je croyais que c’était une erreur parce que c’est sa blonde qui l’avait envoyée. Finalement, oui oui j’étais invitée avec mon chum et C. J’étais super contente. Ça me faisait bien de la peine de penser que je n’étais pas invitée.

Ça faisait des années que je n’avais pas vu H. Sa blonde ne voulait plus qu’on se voit parce que H. lui a conté une menterie de trop. Il lui a dit qu’il allait chez C. et que j’allais être là. Mais, non. Il était chez moi et C. était là, je pense. Bref, on ne s’est pas vu depuis ce temps-là et c’est supposément ma faute parce que j’ai assumé que sa blonde le savait et que j’ai dit sur son répondeur qu’il faudrait bien qu’elle vienne la prochaine fois. Il ne m’avait pas dit qu’il lui avait menti.

Alors, on est allé au party voir des gens que je ne voyais plus depuis notre rupture, manger légumes et trempettes, boire de l’alcool ou de la liqueur, manger des chips (pas moi, c’est carême), manger du gâteau (pas moi, c’est carême). H. a insisté pour avoir un party de sous-sol comme dans le temps. Évidemment, c’était lui le DJ. Mon chum a trippé. Il a dansé comme un fou.

Je ressentais un léger malaise. Je me sentais loin de ces gens-là et je pense qu’eux aussi se sentaient loin de moi. Ils ont presque tous eu des enfants. Ils ont presque tous une maison et une voiture. Ils se voient encore et ils habitent tous en banlieue dans la région de Montréal sauf la soeur de H. qui habite près de chez C., dans le nord de la ville.

La conversation était superficielle. Que pouvais-je leur dire ? Même à H. je ne savais pas quoi dire et je ne savais pas  comment agir. Chassez le naturel, il ne revient pas toujours. Ça n’aide pas que je n’ai pas eu de nouvelles de lui pendant aussi longtemps et que même si je lui fait des coucous sur Facebook, il ne répond pas. Je ne sais pas pourquoi j’ai été invitée.

Quand j’ai maigri, je n’étais plus de son goût parce que mes seins devenaient trop petits. Maintenant que j’ai une poitrine encore plus volumineuse qu’avant, je me demandais si quelqu’un allait faire une remarque. J’espérais que non. Mes seins ont souvent été un sujet de conversation, mettons. Personne n’a fait de remarque sur ma reprise de poids ni sur mes seins et c’est tant mieux. J’ai quand même surpris H. à me regarder la craque de seins bien comme il faut. Pas de doute, il a remarqué, lui.

J’ai appris pendant le party que sa blonde était en rémission de cancer. Il ne me l’avait pas dit. C’est quelqu’un d’autre qui me l’a dit. Je pense que le fait qu’il ne m’ait pas dit ça la dernière fois où on s’est écrit, c’est un signe que c’est vraiment fini l’amitié qu’on avait. Alors que mes ex me recontactaient pour toute sortes de raisons…lui, il était entouré de ses vrais amis.Il vivait le cancer de sa blonde avec eux et avec elle.  Ça m’a touchée de savoir qu’elle avait encore passé à travers ça et lui avec elle. J’ai trouvé ça triste. Je pense qu’il a peut-être eu peur, s’est peut-être senti démuni. Moi, je n’étais pas là.

J’ai pensé longtemps qu’on était des âmes soeurs. On a toujours été connectés. Plus maintenant. Ça me rend triste d’écrire ça. Le côté amoureux de l’affaire, ça fait tellement longtemps que c’est parti. Mais, l’amitié, je pensais qu’elle avait encore une place.