Lundi reconnaissant

  • J’ai été à un party chez Prince charmant en fin de semaine. Un party de sous-sol comme on faisait avant. H. a 35 ans. Je suis reconnaissante d’avoir été invitée…
  • et ça s’est bien passé.
  • J’avais ce qu’il fallait ce matin pour me faire un grilled cheese.
  • Je suis contente d’avoir fait le cross-border exchange, c’était pas mal le fun !
  • Avoir quelque chose à attendre ! Un paquet par la poste.
  • Mel m’a écrit un commentaire sur mon blog suite à mon propre commentaire sur son blog.
  • Food Network Magazine et Everyday Food, wow. Looove.
  • 32 rouleaux de papier de toilette en vente chez Metro ! 😉
  • Picasa. Je suis étonnée de voir combien ça fonctionne bien les retouches de photo !

Avortement sur Tweeter

J’ai commenté sur le post de Mel à propos de la femme qui a décidé de tweeter son avortement. J’ai toujours été honnête sur mon blog, mais le sujet de l’avortement est sensible et depuis que je lis plein de blogs sur l’infertilité je suis plus silencieuse à propos de mon propre avortement.

Voici mon commentaire sur le sujet du tweet :

Thank you for sharing your thoughts on this issue. I have made up my mind about abortion a long time ago. At 16, in fact, when I became sexually active. I was taking the pill but if I ever had an accident I would get an abortion because there was no way I could ever take care of this baby and it would be unfair to me, the baby and my family to have the baby and take care of it when I went to school. I wanted my kids to be happy and me to be happy with them.

I respect women who decide to keep the baby and are pro-life and I also respect the women who decide on having an abortion. Their bodies, their lives. I expect the same respect. I will never try to convince someone that being pro-choice is the only way to go and I hope noone will ever try to force me into a pro-life way of thinking.

But this story about tweeting an abortion makes me a bit sick. A blog would still have been public but not as much as the tweet. I’m all about education but I don’t agree with such a public display of TMI. Having an abortion is so private. I should know, I had one. I didn’t keep it to myself. I talked about it and when people judge someone else for having one I don’t hesitate to ask them if I seem evil ? No ? But I had an abortion and have never regretted it, it was the best decision possible at the time even if I was an adult (j’avais 29 ans). Am I evil now ?

It’s such a sensitive subject. It has become even more sensitive since I follow your blog and other women’s blogs about infertility. Everything seems so unfair. I only speak up about it because my abortion has been on my mind for a while because I read so many blogs and I wonder…about being honest about it, about hurting people, about sadness and hope and now about why someone would make such a big display of attention with a tweet.

Qui est-on pour juger de ce que les autres font de leur corps ? Que ça soit baiser, ne pas baiser, avoir un avortement, garder un bébé, prendre la pilule, manger trop de sel…on a le droit de ne pas être d’accord. Mais qui est-on pour juger comment les autres traitent leur corps ou pour juger des choix que les autres font ? To each his own.

La vie est injuste

Je le savais déjà. Je dis toujours : « Oui, la vie est injuste. Deal with it. » Mais, quand même. Depuis que je participe à Icomleavwe, la vie me semble encore plus injuste. Toutes ces femmes qui désirent un bébé, tous les efforts, l’énergie, l’argent qui vont dans ce rêve-là. Ça me fais capoter.

Pendant des années, je n’en voulais pas. Je ne croyais plus à l’amour, j’avais peur de donner mon trouble bipolaire à mon enfant, de fucker mon couple et ma famille.

Maintenant, j’en veux et j’espère en avoir. Je m’imagine très bien avoir à attendre deux ans comme ma mère et c’est correct. Des fois, c’est comme ça que ça marche. Et je n’ai plus 25 ans. Mes chances de pouvoir tomber enceinte facilement chutent chaque année et je le sais.

Quand je pense que je suis arrivée à tomber enceinte du premier coup, par accident, ça me tue. Je n’ai jamais regretté avoir eu un avortement parce que je ne serais pas où j’en suis maintenant si j’avais eu un bébé. Mais, boy oh boy, ça me tue de savoir que ça a été facile cette fois-là et que c’est si difficile pour d’autres personnes qui veulent tellement être enceintes.

Je trouve ça triste et ça me brise le coeur.

Je pensais que peut-être je ne serais pas capable d’avoir un bébé et j’ai eu cet accident-là. Maintenant que j’en veux…est-ce que je vais être capable encore ?

Colorific

Angry Red

1. Are you currently mad at someone?
I must be mad at my biodad because I haven’t spoken to him in years except at the funeral. I don’t feel mad but I pretty sure I am.

2. Which of your family members has the worst temper?
My Sister, she’s a violent drunk and she can be really mean without drinking.

3. Have you ever thrown something at anyone?
Scissors and a photoframe. I’m still ashamed.

4. Is anyone mad at you?
I don’t know but it’s possible.

5. Are you usually mad?
No

6. When you’re mad do you prefer to stare angrily or yell?
Depends on how mad I am. If I’m mad that someone didn’t listen, I yell. If I’m so mad I’m afraid of what I’ll say, I stare.

Exciting Orange

1. Has anyone ever thrown a surprise party for you?
No.

2. What event is coming up that you’re most excited about?
Christmaaaaaaaaassss !!

3. If you won a million dollars, what would be your first thought?
I wanted to say « let’S build a house » but I know I would think « what bills to pay first, and where do I put the money ? Which savings plan… »

4. If you could have anything right now what would it be?
Many hours of sleep to schoo away my throat ache, my neck pain and work.

Yellow Belly Self

1. Name: Terry Elisabeth (sorry but I’m still keeping this anonymous)

2. Birthday: November

3. What’s your main goal in life?
To be happy, to feel good

4. Do you want to have children?
Yes

5. When do you want to die?
Before I’m old enough to just wait for it. I don’t want to be the old woman who stares through the window, I want to be the old woman who plays bingo and goes square dancing.

Opinionated Green

1. Are you against gay marriage?
Why would I be ? What does it matter that gay people want to marry ? They want to, they’re human and in love so let them get married.

2. Lower the drinking age?
No.

3. Capital Punishment?
Yes.

4. Abortion?
Choice.

Lovely Blue

1. Do you love someone?
Yes, my boyfriend.

2. Do you believe in love at first sight?
No, it’s just hormones. It dies down as quickly as it burns up and it does burn everything down.

3. Do you believe in love?
Yes

Purple Query

Q: How glasses of water did you have today?
A: A bottle at the gym, totalling two cups maybe ?

Q: What color are your socks?
A: Black

Q: Name one thing that you do everyday?
A: Drink coffee

Q: How much cash do you have on you right now?
A: 15$

Q: Are you for or against Hillary?
A: If I was American I would be for because I’m prejudiced for women.

Q: Look to your left. What’s there?
A: Papers, notebooks, a spoon, a pear, a napkin and tons of post-its.

Q: What’s the last piece of clothing you borrowed?
A: I don’t borrow clothing.

Q: What website(s) do you visit the most?
A: Facebook or WordPress

Q: Do you have plants in your room?
A: In my bedroom, no. In the other rooms, yes.

Q: Does anything hurt on your body right now?
A: Wrist, neck, knee, throat.

Q: Do you own a picture phone?
A: No.

Last but not Least, Pink

1. Person you saw: My boyfriend

2. Person you sent a text message to: None

3. Movie watched in cinema: Christmas Carol

4. Song you listened to: The radio…Meet me Halfway by Black Eyed Peas is playing now.

5. Person you talked on the phone with: My mom

6. What are you doing right now?
I’m on break at work.

7. What are you doing tonight?

Sigh. Homework. Personality psychology, the story of Jacques.

8. What are you going to eat?
Baked pasta, sausage, veggies. Miam !

Blues

19 février 2005

Je suis assise dans ma cuisine. J’écoute Carmina Consoli en attendant que mes biscuits finissent de cuire. Ces biscuits, je ne les mangerai probablement pas, je les vendrai et je les donnerai. Je fais de bons biscuits. En fait, mes biscuits sont excellents. Pourquoi, ne les mangent-je pas ? Parce que je n’ai jamais faim pour ce que je me fais quand je suis seule.

De toute façon, je n’ai pas très faim en général. Je ne suis pas anorexique. J’ai presque mon poids santé, mais, pas tout à fait. Mais, mon poids est stable depuis 2000. Ce soir, aujourd’hui, toute la semaine, ce mois-ci, cette année, je suis triste.

Mes amis ne savent plus quoi faire pour me rendre « mieux ». C’est mon meilleur ami qui m’a donné cet ordi. Mais, rien ne me fait rire comme avant. Rien ne peut me rendre mieux.

En 2004, et en ce début de 2005, j’ai rencontré l’amour et je l’ai perdu, j’ai eu un avortement, j’ai travaillé jusqu’à en perdre l’esprit, j’ai eu un coup de foudre qui s’est soldé par un échec, j’ai tout donné jusqu’à ne rien garder pour moi, je me suis fait mal à la cheville et j’ai dû arrêter toutes mes activités sportives, j’ai fait le deuil de ma relation avec ma sœur, mon meilleur ami s’est fait une blonde, ma chatte de dix ans est morte, j’ai retrouvé mon ex et je l’ai reperdu, j’ai passé les Fêtes seule.

Ma vie est chaotique. Les seuls succès que je remporte sont au travail. Mon estime est à zéro, mon énergie est à zéro, je ne m’en vais nulle part. Les seuls hommes qui s’intéressent à moi veulent mon corps, celui qui m’aime a peur de moi, les autres sont intimidés. Je suis seule. Seule dans mon emploi. Seule dans ma vie. Seule à vivre comme je vis, toujours à travailler comme une dingue puis, à être zombie chez moi.

Je n’ai pas envie de sortir et je n’ai pas envie de nouveaux amis. Je vais passer à travers de ce que je vis comme je passe à travers tout. Mais, je trouve ça dur. Je suis déçue. Je suis triste. Je me sens lourde à l’intérieur de moi. Je me sens comme si je ne serai plus jamais la même, comme si je ne serai plus capable de croire quelqu’un. C’est déjà tellement difficile de trouver quelqu’un. Quand on finit par rencontrer la bonne personne, on s’aperçoit trop vite que tout n’est que mirage. Le voile tombe, il faut déjà partir.

Je n’en peux plus d’être adulte. Je n’en peux plus de ne plus savoir c’est quoi l’amour, de me poser des questions, de tout analyser. Je voudrais seulement aimer et vivre. Je veux vivre mes rêves. Je ne veux pas savoir que j’ai une amie qui n’aime plus son chum mais qu’elle reste avec lui quand même. Je ne veux plus savoir que mon ami n’a jamais su c’était quoi être amoureux et qu’il fait semblant d’être amoureux. Je ne veux plus savoir que mon autre ami n’aime pas sa blonde mais qu’il reste avec parce qu’ils ont une belle complicité. C’est trop dur ! Je veux croire à l’amour ! Je le veux, moi, l’amour ! Je veux être aimée et je veux aimer !

Et, pourquoi je ne l’aurais pas ? Je mérite d’être aimée. Je ne vois pas pourquoi un homme ne m’aimerait pas, un jour, comme je suis. Malgré mes défauts. Et, avec mes qualités. Je trouve juste ça long d’attendre et de repousser, de ne pas avoir le goût. Je suis jolie, intelligente, passionnée, aimante, pétillante, cultivée, bonne communicatrice, dynamique, pleine d’humour… Je suis créative, bonne cuisinière, bilingue, je suis une peintre colorée, je dessine bien, je m’intéresse à plein de choses, je suis sportive en autant que ça soit individuel…

Pourquoi, hein, pourquoi un gars ne s’intéresserait pas à moi ? Je suis grognonne le matin; si je ne connais pas la personne, je ne veux pas qu’elle me demande comment ça va; je ne suis pas diplomate, je suis exigeante avec moi et les autres, je suis intolérante envers ceux qui ne « sont pas capables », ceux qui sont profonds comme une casserole et j’ai ben de la misère avec ceux qui pensent juste à voyager.

Je suis déprimée en automne, agressive en hiver, irritable au printemps et pas si pire en été. Je ne sais jamais ce que je veux, je suis contradictoire, j’aime, j’aime pas, je suis stressée.

À part les décisions professionnelles ça fait des mois que je ne me fais plus confiance pour prendre une décision. Je ne fais confiance à personne parce que je ne les connais pas et je ne veux pas les connaître parce que les gens me déçoivent.

Finalement, ma vie m’épuise. Je m’épuise.

Oui, je vois une psy. Ça ne m’aide pas vraiment à voir plus clair dans mes relations amoureuses. Juste à respirer par le nez une fois de temps à temps. C’est de famille virer sur le top. Ma mère m’a déjà lancé un poulet qu’elle venait de faire cuire parce que je riais d’elle. Quand j’étais plus jeune, et moins stable, j’ai déjà lancé des ciseaux. Et un cadre. Je ne fais plus ça, je considère que :

1. C’est dangereux;

2. C’est du chantage émotionnel;

3. Je pourrais me ramasser dans le trouble.

4. Je pourrais tuer quelqu’un.