Mon histoire d’amour

My cousin asks me how much time it took before I started going out with my boyfriend.

Quand on s’est rencontré, on savait qu’on voulait garder l’autre dans notre vie même s’il ne se passait rien de romantique. Le premier soir, c’était le fun de se parler, de marcher ensemble et il y avait entre nous deux des choses que je cherchais : le respect, la galanterie, l’humour, le gros bon sens…

Quelques jours plus tard, première « date », j’ai rencontré ses amis. Là, j’ai vu qu’il était respecté de ses amis et qu’ils avaient du fun ensemble. C’est du drôle de monde, mais ils sont tous très gentils. Ça, ça m’a rassurée sur son caractère, sur comment il s’entourait de gens qui ont de l’allure.

Il est venu me reconduire jusque chez moi à pied et on s’est embrassé pour la première fois. Coup de tonnerre ! Nous, on savait déjà qu’on voulait être ensemble. On voulait voir où ça irait. On ne se mettait pas de pression. Le sexe est arrivé quelques jours plus tard (2 adultes consentants, hein…).

Ça a l’air fou. Ça a l’air d’un coup de foudre…mais non. C’était très raisonné, j’étais super prudente. On se voyait peut-être 3-4 jours par semaine. Des fois, on dînait ensemble, des fois on soupait, on sortait.

Quelques semaines plus tard, on se faisait déjà serment. On était une équipe soudée.

Mais, c’est pas toutes les histoires qui sont comme ça. Nous, on savait ce qu’on voulait parce qu’on avait vécu d’autre chose avant. On était au même point dans la vie. On avait décidé qu’on voulait pus d’histoires compliquées, d’ex pourris, de problèmes.

Tous les deux on avait une job, pas de problèmes d’alcool, de jeu, de drogues, etc. Nos ex étaient pus dans le portrait . On était indépendants, on vivait tout seuls depuis un bout, on voulait tous les deux une famille et une vraie vie de couple. Y’était pas question d’être des amis avant de sortir ensemble. On serait restés des amis si ça n’avait pas cliqué romantiquement. Pis après plus qu’un an ensemble, c’était rendu qu’on savait que si on cassait, on ne voulait pas rester amis parce que ça ferait trop mal. On s’aime tellement que voir l’autre avec un nouveau chum ou nouvelle blonde ou le/la voir souvent en amis, ça ferait bien trop mal.

Il correspondait à ce que je cherchais. Mature, confiant, calme, affectueux, etc. Je me sentais bien avec lui. Je me sentais juste bien.

J’ai eu d’autres histoires où ça a commencé plus ou moins vite, mais je ne me sentais pas comme ça. Légère, bien, en sécurité. Avec lui, oui. Et c’était réciproque.

Mais, quand j’étais plus jeune, les histoires de rester amis ça n’a jamais mené nulle part. Quand tu veux quelque chose de sérieux, tu « dates ». Être amis avant c’est du niaisage parce que c’est pas ça le but ni pour toi ni pour lui. Non, tu « dates ». Une bonne règle c’est d’attendre 8 « dates » avant de passer au physique.

En-dedans de huit dates tu finis par voir son vrai caractère, ses défauts, s’il appelle quand il dit qu’il va appeler, s’il paie ton souper ou s’il oublie son portefeuille, s’il conduit prudemment…et il s’il finit éventuellement par se contredire dans ses histoires. Est-ce qu’il respecte que tu veux avoir 8 dates avant de passer à autre chose ? Pas 8 jours en ligne, une date ou deux par semaine. Est-ce qu’il te met de la pression ? Est-ce qu’il boit trop ? Est-ce qu’il regarde juste toi ou les autres filles aussi ?

Mais, être amis avant ça a pas d’allure. L’amitié comme l’amour viennent avec le temps. Avec mon chum, ça a été pareil. On a commencé à se voir et plus ça allait, plus on était amis et plus on s’aimait.

Dis-toi aussi qu’en amour, y’en a pas de garanties. Ça marche ou pas. Il faut prendre des chances. Mais, pas avec le premier qui te donne de l’attention. Filtre ! Filtre !

Publicités

Mariés

To my boyfriend, getting married is about making the vows. Not about a priest, a dress and a party.

Yesterday, he said he was marrying me : « I am yours. I will take care of you. You won’t be able to get rid of me. I’ll always be there. » Coming from him, I want to believe it and I knew these words were not to be taken lightly. I said: « I’m yours. I have always been yours. I will take care of you too. I will never forget you even when we have kids, I will always think of you. » He is the « forgotten » one in his family.

He added : « I won’t think about other women. » I laughed. « How can you not think about other women ? ». He said that of course he would look at other women but he won’t think about them. I smiled. I then added that « Even if I had the most handsome Ken in front of me, you are the only one. » We kissed. We are now « married ».

De l’amour et de l’état amoureux

Non, je n’ai probablement jamais été amoureuse. En tout cas, je n’ai jamais entendu les trompettes, les violons, je n’ai jamais vus les p’tits oiseaux. Je ne crois pas au coup de foudre qui se change en amour. Le coup de foudre, ce sont les phéromones, l’odeur de l’autre, le visuel, that’s it. Une fois que les hormones sont calmées, le feu est mort, il n’y a plus rien. Pour moi, ça ne vaut pas la peine.

Aimer, ça prend du temps et du temps, on ne m’en donne jamais assez à mon goût. Il faudrait que j’aime tout de l’autre, tout de suite. Le temps que je pense que je commence à apprécier l’autre, j’ai déjà entendu la super délaration d’amour, vu une photo de maison ou eu une demande en mariage ! Après on dira que les gars sont difficiles à s’attacher.

Tout ce que je veux, c’est prendre mon temps avec quelqu’un. Pas le temps de trois rendez-vous avant de baiser. Non, le temps de voir si l’autre peut être « trusté », si on est capables de se parler, si les bonnes valeurs sont là, si je vais être obligée d’appeler la police à un moment donné, si la glace est noire en-dessous du beau vernis…

L’amour, ça se bâtit. Ça se bâtit pas plus vite que Rome. Donc, pas en un jour. Je n’y crois pas aux « je t’aime » mouillés, aux déclarations futiles, aux envies physiques si vite assouvies avec n’importe qui.

Ça prend de la confiance, de l’honnêteté, des valeurs communes, une envie d’avoir un futur ensemble, des projets, du respect, de la communication. L’amour embarque à moment donné.

Je trouve risible l’idée de l’état amoureux instantané, au premier coup d’oeil. C’est pas de l’amour, c’est une envie de procréer. Une envie de baiser.

L’envie de baiser, je peux m’en passer. Ce que je veux c’est du vrai. Quelqu’un qui va faire mon café le matin, qui va faire les réparations dans la maison, qui va me prendre dans ses bras quand ça va mal, quand ça va bien. Quelqu’un pour qui je vais être importante pour autre chose que le cul. Quelqu’un qui va être assez important pour moi pour que je reste sur place, que je lui parle.

C’est dur à trouver en maudit. Je ne peux pas dire que je l’ai trouvé…et je peux dire que ma vie fait en sorte que chaque rêve est squaché par peur de me faire trahir encore, par peur d’avoir mal. Alors si je le trouve…ça ne dure pas, je rends le gars complètement fou et moi en même temps. L’amour rend fou ? Ben, ouin.