NON

Le docteur que j’ai vu hier m’a recommandé d’arrêter mon fils de 2 ans que j’allaite juste une fois par jour pendant un gros max de 5 minutes (le reste du temps il tétouille juste pour se coller). Pis, automatiquement, c’est NON. Non parce que je ne veux pas et non parce que je ne pense pas que ça affecte ma fertilité à ce niveau-là. Je suis un peu en choc de m’en rendre compte à quel point mon allaitement est important. Pour mon fils aussi, en passant. Si j’essaie de juste le bercer, oublie ça.

J’avais juste besoin de le dire.

Ah, l’allaitement…

Bébé a presque 7 mois, il est toujours allaité exclusivement et ne mange toujours pas. Je me pose beaucoup de questions sur l’allaitement et la plus grosse c’est : ça finis-tu un jour ?

Quand la garderie m’a demandé ce matin si je prévoyais faire commencer la garderie à temps plein, c’est à l’allaitement que j’ai pensé. Vu qu’il est allaité, s’il est là toute la journée, ça va prendre beaucoup de lait. Ça me tente pas d’être ploguée sur mon tire-lait aux deux heures pour que bébé ait X onces de lait à la garderie surtout que : 1) je suis à côté, 2) je ne travaille pas encore et mes demi-journées avec lui me sont précieuses, 3) il est trop jeune pour rester là aussi longtemps.

D’autres mamans me disent que le corps s’adapte à ne pas allaiter la journée pour reprendre le soir, la nuit et le matin ainsi que les fins de semaine. Mais, je pense que leur bébé mange déjà et elles ont introduit le lait de vache, d’amande, de soya, etc.

J’aime allaiter et je suis fière de l’avoir fait depuis le début, d’avoir persévéré, que tout se passe bien. Mais, j’ai hâte de porter des chandails sans ouvertures pour allaiter. et j’aimerais retrouver mes seins. J’aimerais porter des brassières sexy, que ma libido remonte…

Est-ce que j’ai si hâte que mon petit passe à autre chose ? Non. Je le garderais petit petit tellement plus longtemps. C’est tellement facile un bébé allaité…mais ça finis-tu un jour l’allaitement ? Je pensais que ça finissait à 6 mois, juste comme ça. Soupir…je suis donc mêlée.

Lundi reconnaissant

  1. Avoir assez d,argent pour payer une femme de ménage.
  2. Avoir assez d’argent pour acheter des couches lavables et des couches hybrides.
  3. Le beau temps s’en vient. J’ai hâte de mettre mes géraniums dehors et d’aménager les balcons.
  4. Bébé a presque dormi un cinq heures la nuit passée. Je suis reconnaissante de voir qu’il évolue et se développe…mais, je ne sais pas si je suis reconnaissante de perdre ces petits-moments-là dans la nuit…
  5. Donc, je suis reconnaissante pour tous ces petits moments que je passe en tête à sein avec bébé. J’en profite pendant que ça passe.
  6. Avoir une laveuse et une sécheuse.
  7. J’ai un bon système immunitaire.
  8. Pouvoir aller prendre des marches au soleil avec la poussette.
  9. Un jour, mon bobo va être parti et le sexe va revenir dans ma vie…
  10. Un jour, mon bobo va être parti et je vais recommencer à dormir sur le dos, à faire du zumba, du pilates, etc.

Lundi reconnaissant

  1. Le bruit de l’eau relaxe le bébé…
  2. En partant ma laveuse, non seulement je fais une brassée de lavage par jour donc je ne suis pas enterrée dessous…
  3. J’ai aussi eu le temps de faire ma vaisselle…
  4. De laver le lavabo, le remplir et laver mes cheveux et raser mes jambes !!! Wouhouuuuuuuu !!
  5. Ma guérison avance, mon bobo fait beaucoup moins mal.
  6. J’ai pu allaiter assise cette nuit ce qui a réduit le temps du boire de 50%.
  7. Un chum capable de m’endurer avec mes inquiétudes démesurées et quand je suis rushante.
  8. Withering Tights de Louise Rennison, la lecture la plus drôle que j’ai eue depuis un bout.
  9. Mon porte-bébé est un sauve-la-vie ! 200$ de pur bonheur, de tranquillité.
  10. Ma poussette est tout aussi précieuse au point que ça arrive qu’on l’ouvre dans l’appartement pour calmer le bébé.

20h55

Mon chum est couché et le bébé aussi.

Scratch that. 21h14, le chum ronfle et le bébé est recouché avec une couche propre et quelques gorgées de lait.

Aujourd’hui, j’ai eu ma chirurgie. Anesthésie générale, salle de réveil, gros pansement, Naproxen et Tramadol, rendez-vous au CLSC tous les jours pour un bout. Ça va bien, la douleur se gère bien avec mes pilules et je suis capable de m’asseoir. J’avais assez peur de ne pas pouvoir prendre soin de mon bébé que j’en pleurais à l’hôpital. Finalement, quand je suis revenue de l’hôpital, j’ai pris soin du bébé un peu et j’ai fait une sieste. En soirée, j’ai pris soin du bébé presque seule et mon chum va prendre la nuit.

Je ne peux pas allaiter jusqu’à midi demain à cause de l’anesthésie. Mais, on a des biberons. Une chance que j’avais congelé du lait parce que l’infirmière m’avait dit que j’avais juste à tirer mon lait une fois puis j’étais correct. Mais, le chirurgien et l’anesthésiste, eux, m’ont dit pas d’allaitement pour 24 heures après ma dose de médicaments à l’hôpital.24 heures, c’est beaucoup de lait maternel ! Même pour un bébé de six semaines.

Quand j’ai été cherché ma prescription à la pharmacie, on m’a dit que les médicaments ne poseraient pas de problème avec mon allaitement. J’ai hâte en maudit d’arrêter de pomper et jeter mon lait. C’est tellement moins de trouble le sein que le biberon ! Le lait est toujours à la bonne température et le bébé prend juste le lait qu’il veut.

Ce qui rend ça compliqué aussi c’est que le bébé s’est mis à pleurer de la même façon pour boire et quand sa couche est sale. Par défaut, j’assume qu’il a faim = crise de nerfs. On recommence à zéro, je check sa couche…eh voilà. Je m’ennuie de la semaine passée où il avait plein de façons différentes de pleurer !

Bon, je vais aller brosser mes dents et me coucher. Mon chum veut se lever, mais va falloir que je pompe sinon mes seins vont devenir engorgés et je vais ENCORE mouiller ma brassière et mon chandail. Pendant ma sieste, le lait est même passé à travers la compresse d’allaitement ! C’est ben le temps que mon sein droit se décide à augmenter sa production.