Les nouvelles ne m’intéressent pas


Un de mes collègues a presque pété une fuse quand je lui ai dit que je ne regardais pas les nouvelles (pas de télé) et que je ne lisais pas le journal. Les nouvelles ne m’intéressent pas.

C’est déprimant, je me sens lourde quand je regarde Salut Bonjour ou que je regarde le cahier A de La Presse. Je deviens étourdie, je vois des points noirs, je respire trop. Puis, je fais des cauchemars. Tsé quand on parle de « trop d’informations »? Pour moi, TMI c’est les nouvelles.

Je comprends que, pour lui, c’est important. Mais, je ne comprends pas trop. Qu’est-ce que ça change de savoir tout ça ? La guerre, le terrorisme, les chiens écrasés, l’infertilité de Céline…ça change quoi ? Il ne fait pas plus une différence dans le monde en étant renseigné.

Je me considère comme une femme intelligente et cultivée. J’ai des opinions, je peux parler de presque n’importe quoi, j’ai du vécu. Je considère que ce qui se passe autour de moi, ça, c’est des nouvelles. Ma directrice qui a eu le cancer, mon ami qui fait une dépression, ma soeur qui est amoureuse, ma cousine qui trippe sur les cupcakes des Glaceurs, mon amie qui s’en va à Toronto pour le ToyCon en avril.

Avant de sauver les autres, il faut se sauver soi-même m’a dit un ami il y a des années de ça, quand les autres étaient plus intéressants pour moi que moi. Je me suis appliquée à me sauver moi-même. Depuis, je trouve que je suis importante et je vaux la peine. Je fais plus attention à moi, à ce que je dis, à comment j’agis. Je pense que pour faire une différence dans le monde, il faut commencer par soi, être le changement qu’on veut voir dans le monde (Gandhi). En partant de l’intérieur pour aller vers l’extérieur, je pense qu’on évite de se ramasser dans les nouvelles. On peut avoir un impact sur les gens autour de soi et ça devient comme les ondes dans l’eau quand on lance un caillou, du point où le caillou a touché l’eau, le rond s’agrandit pour finalement devenir une petite vague et des fois, il va jusqu’à la berge. Comme le battement d’ailes du papillon jusqu’au tsunami.

Je sais que j’ai eu de l’influence sur certaines personnes, que j’ai contribué à leur changement. Des fois, dans le moins bon, plus souvent dans le meilleur. Voir les gens vivre, penser, sentir, ça, c’est des nouvelles.

Non, je ne m’intéresse pas aux journaux. Mais, ça ne fait pas moi une conne.

Publicités

Une réflexion sur “Les nouvelles ne m’intéressent pas

  1. oneladyintheworld dit :

    Moi aussi dans un livre, j’ai lu que tu devais te sauver toi et premier et de t’occuper de tes propres tragédies avant des autres. Je me disais toujours d’arrêter de me plaindre, car j’avais une maison et de la bouffe, mais juste à cause de ça j’ai pas le droit de rien dire ?

Les commentaires sont fermés.