La toilette du dimanche


Aujourd’hui, pour continuer notre tour guidé des toilettes publiques de Montréal, PQ…la toilette à l’entrée de l’UQAM !

Située à côté de la COOP, c’est la première toilette à l’entrée de l’université au niveau métro. Vous pouvez peut-être imaginer à quel point elle est utilisée et pas seulement par les étudiants. Des histoires circulent qu’à une certaine époque, il se vendait de la drogue et il s’échangeait des fluides corporels dans les multiples toilettes publiques de l’UQAM. Les histoires racontent que de multiples aventures sexuelles entre hommes consentants auraient été interrompues par un garde de sécurité et/ou quelqu’un qui avait juste envie de pipi.

Remarquez le feeling pénal de ce design avec ces murs de béton peinturé, ces tuiles grises et sales et l’éclairage en néon qui n’arrange jamais ni un teint de lendemain de veille ni un teint bronzé. Tout le monde a l’air d’un mort-vivant quand il se regarde dans le miroir.

Cette fois-là, la toilette était relativement propre. J’ai déjà vu le plancher beaucoup plus sale, jonché de papiers, de papier de toilette, d’enveloppe de serviettes sanitaires; les murs couverts de graffitis; le robinet ouvert depuis je ne sais pas quand. Par contre, l’odeur est toujours la même : une odeur de robineux qui s’est pissé dessus, de personnes pas lavées avec un petit soupçon de parfum couvre-odeur de toilette. Beurk.

Publicités