Un bébé, ça n’efface pas l’histoire familiale


Je viens de visiter un blog qui me rend triste et enragée à la fois.

Je ne comprends pas ce qui fait que des familles où tout va bien se séparent. Pourquoi les enfants partent et ne reviennent plus puis empêchent les grands-parents de voir leurs petits-enfants. Si tout va bien, pourquoi ça arriverait ?

Peut-être que les parents n’ont pas offert de support à leur enfant en crise et l’enfant n’a pas pardonné. Peut-être que les parents ont perdu la confiance de leur enfant. Peut-être que, comme chez nous, les parents sont indignes de confiance.

Je trouve ça bien triste s’il n’y a pas de raison apparente à la séparation. Si c’est l’enfant qui a vécu quelque chose de difficile, s’est senti jugé, non appuyé, mais qu’il n’en a pas parlé et que ses parents ne savent même pas ce qu’ils ont fait de mal, c’est poche en maudit. Devenir adulte c’est aussi parler de ce qui se passe. Dialoguer.

Mais, tsé, dans les familles où les parents ont blâmé l’enfant pour un inceste…où les parents ont battu l’enfant…où les parents n’ont jamais été présents…je comprends que l’enfant ne veuille pas mettre son bébé en présence des grands-parents. Ça m’enrage que les gens pensent que c’est un dû.

Mes parents sont alcooliques. Le chum de ma mère est un gars responsable à qui on peut faire confiance, mais c’est aussi un facilitateur qui donne du vin à ma mère. Bon, c’est leur histoire, leur dynamique. Par contre, où ça bloque c’est dans mon histoire avec des adultes qui ont vraiment foiré. Come on. Pourquoi je serais heureuse d’amener un bébé à du monde de même ?! J’ai dit à Ma Soeur qu’elle devait faire attention à ce qu’elle allait donner comme exemple plutôt que s’inquiéter de ma mère. Je sais que ma mère trippe sur le bébé. Elle ne ferait rien intentionnellement pour que ça tourne mal. Mais, quand elle boit, elle change. Elle devient harcelante, gossante, difficile. Mon père biologique devient violent. Ils sont imprévisibles malgré la prédictabilité de leur comportement.

J’ai pas envie que mes enfants se fassent gosser, entre autres, parce qu’ils ne veulent pas boire une bière à 11h, un dimanche matin, à 16 ans. Ou sur leurs seins qui poussent à l’adolescence. Je n’ai pas envie qu’ils se fassent pogner le cul en « signe d’affection ». Pas envie qu’ils aient à dire « non, je vais marcher » à un membre de famille qui a bu et qui veut aller le reconduire quelque part. Et qui insiste et insiste encore. Pas envie qu’ils aient à reconduire un membre de famille chez lui…sans permis de conduire. Pas envie qu’ils se retrouvent seuls sans personne pour veiller sur eux pendant que les adultes vont faire une sieste qui dure des heures. Pas envie qu’ils se fassent crier après, se fassent taper ou secouer.

Ma mère, je sais que ça va aller. Elle est prévenue par contre. Mon père biologique, c’est une autre paire de manches. Non, je n’amènerai pas mes enfants chez lui. Pour les présenter peut-être. Mais je ne les laisserai pas avec lui.

On ne « doit » rien à nos parents quand il s’agit de protéger nos enfants des blessures qu’on a soi-même vécues dans notre histoire avec eux.

4 Commentaires

Classé dans La vie de famille

4 réponses à “Un bébé, ça n’efface pas l’histoire familiale

  1. Ton commentaire sur mon blog a piqué ma curiosité. Merci pour le lien. Après la lecture de ce billet, je comprends mieux tes inquiétudes.
    Les alcooliques ne sont pas tous irresponsables et les abstinents ne sont pas tous responsables, tu es d’accord avec ça…

    Il y a de très bons parents qui ne méritent pas d’être privés de contact avec leurs petits-enfants.
    Il y a parfois la jalousie d’une conjointe, ou un conflit mère-fille non réglée, ou encore, ne pas vouloir confier ses enfants à ses beaux-parents est souvent une façon détournée de régler ses comptes avec son conjoint par personne interposée. Plutôt que de lui reprocher directement les choses, on lui dit: Ta mére n’est pas capable de….

    • pandabox33

      Ah ben j’avais pas pensé aux beaux-parents…c’est pas mal cheap. Mes beaux-parents ne sont pas parfaits et je suis sûre qu’ils vont amener mes enfants à l’église, mais, je ne les empêcherais pas de les voir.
      Oui, oui, je sais que certains parents ne méritent pas d’être privés du contact avec leurs petits-enfants. Mais, pourquoi , pourquoi, pourquoi, les situations se rendent jusque-là ? Un conflit mère-fille, toutes les filles en ont ! Éventuellement, il faut se prendre en main et parler. Je parle des enfants. Je suis sûre que les parents veulent, mais de toute évidence, la balle est tombée quelque part.

  2. xjanesatticx

    C’est bien vrai qu’un bébé n’efface pas l’histoire familiale.
    Et c’est triste pour les familles qui sont déchiré pour « rien »… Il y a des non-dit qui sont puissant.
    Bonne soirée!

    • pandabox33

      Il me semble que si les gens se parlaient au « je », bien des affaires se régleraient. Ou bien une couple d’années en thérapie…