Où je casse par courriel…quelle honte


Hier, j’ai flushé mon ex par email.

Je suis frustrée, angoissée, triste, enragée. Je n’aurais jamais dû faire ça. Mais, je n’en pouvais plus ! C’est impossible de lui parler, ce n’est jamais le temps. J’ai eu une réunion toute la journée d’aujourd’hui, puis, j’ai été chez P.B. où, surprise surprise, j’ai été reçue par le maître de maison, son frère et sa blonde… je voulais juste le voir, lui, avoir mon cadeau, avoir un câlin. Je ne voulais pas être reçue par une délégation impériale et scrutée des pieds à la tête parce que je parais particulièrement de mauvais poil.

À tout moment, je pense à mon chum. Je n’en peux plus de penser à quel point ça ne va pas, à toutes les choses que je ne lui ai pas dit au bon moment, à tout ce que j’aurais voulu lui dire, à ce que j’ai dit de pas correct…

Rien fonctionne comme ça devrait depuis trop longtemps. Je me sens mal parce que c’est pas comme si c’est le pire moron de la Terre non plus. Mais, il est pas mal con quand même parce qu’à force d’être embourbé dans ses habitudes, il m’a perdue. C’est un vieux garçon égoïste.

À la télé, ils disent que comment tu passes la veille du jour de l’an détermine comment tu vas passer l’année suivante. C’est juste The O.C. Mais, quand on sait comment j’ai passé mon temps des Fêtes… seule et triste. Passerai-je 2005 de la même façon ?

P.B., lui, il a passé son jour de l’an avec sa nouvelle blonde. Cute, sexy, intelligente, féministe, orgueilleuse. Parfaite.

Ma Sœur a passé toutes ses vacances avec son amoureux. Il est sensible, calme, masculin. Parfait.

Même mes parents, mes amies, mes collègues, ont passé le temps des Fêtes avec des amis, leurs amoureux, leur famille !

Qu’est-ce que je faisais, moi ? j’attendais que Fiancé appelle, qu’il décide de me voir, qu’il arrête de faire sa réflexion. Puis, je me morfondais, je me fâchais, je pleurais, j’étais suicidaire. Super. Depuis ce temps, j’ai l’impression que rien ne s’est arrangé.

Anyway, c’est fini, hein ? J’ai essayé de l’appeler. Pfft. Jamais là. Comme d’habitude, slimy bastard.

Publicités